Il y a dix-sept ans, le 11 novembre 2004, s’éteignait le leader de la lutte palestinienne contre l’occupation israélienne. Yasser Arafat a porté la cause palestinienne de son vivant, et son étoile continue à briller, même après sa mort. 

Ce jeudi 11 novembre, alors que les dirigeants du monde entier célebrent l’Armistice de la Premiere Guerre Mondiale, le peuple palestinien comm​​émore le 17e anniversaire de la mort de Yasser Arafat. Fervent défenseur de la cause palestinienne, et militant contre l’occupation israélienne, il oeuvrera toute sa vie pour l’établissement d’un Etat palestinien, de la Méditerranée au Jourdain. 

A Hébron, Bethléem ou encore Ramallah, des centaines de Palestiniens se sont réunis pour l’anniversaire de la mort de l’ancien président. Comme à l’accoutumée, l’armée israélienne a dispersé les civils, usant de balles réelles et en caoutchouc, mais aussi de grenades lacrymogènes. Les forces d’occupation ont usé de la force, face à des civils désarmés, venus rendre un hommage, ​à la mémoire de Yasser Arafat. 

Président de l’Autorité palestinienne, Yasser Arafat a porté le mouvement palestinien, sur la sc​​ène régionale et internationale, obtenant la reconnaissance de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), comme seul et légitime représentant du peuple palestinien. Tout au long de sa vie, et même après sa mort, il a incarné l’espoir et la paix pour la Palestine. 

Son discours aux Nations-Unies, le 13 novembre 1974 a marqué les esprits à tout jamais. « Je suis venu porteur d’un rameau d’olivier et d’un fusil révolutionnaire, ne laissez pas tomber le rameau de ma main ». Il a montré que la lutte armée n’est pas la seule voie pour la libération de la Palestine, en déclarant « caduque » la charte de l’OLP. 

Son engagement et son abnégation ont porté la cause palestinienne en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie. L’Organisation des Nations-Unies reconnaîtra aux Palestiniens le droit à l’autodétermination sans ingérence extérieure, le droit à l’indépendance et à la souveraineté nationales. 

Aujourd’hui encore, le keffieh noir sur fond blanc de Yasser Arafat symbolise la lutte contre l’occupation israélienne, du nationalisme palestinien et le droit à la vie. Véritable icône de la solidarité palestinienne, le keffieh est brandi, en soutien au peuple palestinien. 

La mort de Yasser Arafat est toujours inexpliquée. Il aurait été empoisonné au polonium 210, une substance radioactive, selon les conclusions d’analyses effectuées par un laboratoire en Suisse. Il aurait ainsi été victime d’un assassinat, commandité par Israël. La justice française quant à elle, réfute ces conclusions, déclarant une mort naturelle.