Un jeune femme a donné la paroles aux femmes musulmanes de plusieurs pays. Un périple dont elle a tiré une série documentaire dont le premier épisode est diffusé ce soir.

Une jeune Française est partie à la rencontre des femmes dans plusieurs pays musulmans, elle offre une série documentaire sur un sujet passionnant.

« On a trop souvent parlé à la place des femmes musulmanes. » Voilà le constat de Sarah Zouak, qui explique qu’elle a « préféré leur donner la parole. » Cette parole, on la retrouve dans le « Women SenseTour – in Muslim Countries », une série documentaire qui va nous permettre de partir « à la rencontre des femmes que l’on n’a pas l’habitude de voir : les musulmanes qui font bouger les lignes. » Bouger les lignes, c’était d’ailleurs l’objectif de Sarah Zouak, lorsqu’elle a créé l’association Lallab, — un néologisme formé des mots « Lalla », comprenez « Madame » en arabe, et « Lab » —, qui veut être « un laboratoire d’idées et de rencontres à vocation féministe et antiraciste. »

Un autre regard sur les femmes musulmanes

Ce mardi soir, l’association diffuse le premier épisode de sa série documentaire, à 19 heures, à l’IRIS à Paris. Cinquante-deux minutes d’un voyage sur les routes du royaume chérifien, pendant lequel Sarah Zouak nous raconte « les histoires et les projets inspirants de cinq femmes marocaines rencontrées dans l’ensemble du pays, ainsi que leur rapport à leur société, à la religion et même au féminisme. » Avec un sac à dos et une envie de découvrir l’autre, la jeune femme réussit grâce à sa série à « faire entendre les voix des femmes musulmanes qui sont au coeur d’oppressions racistes et sexistes. »

Cette aventure, Sarah Zouak l’a débutée en constatant que « ces femmes qui allient sereinement leur engagement et leur foi, on ne les voit jamais ! » Elle est donc partie à leur rencontre au Maroc, en Tunisie, en Turquie, en Indonésie et en Iran. Il ressort de ce périple cinq documentaires et un long-métrage « pour mettre en lumière des femmes musulmanes bien loin des clichés habituels. » Des portraits de « femmes plurielles qui s’engagent toutes pour l’émancipation des femmes. » Sarah Zouak espère ainsi « déconstruire les préjugés sur les musulmanes. »

La projection de ce soir sera suivie d’un débat avec Sarah Zouak et Justine Devillaine, les deux réalisatrices. Pour vous inscrire, cliquez ici.

Salma Ben Taïeb

Laisser un commentaire