Depuis le 5 avril, le voile s’expose à Fribourg. Un sujet « plus que jamais d’actualité traitant des identités », indique la Bibliothèque cantonale et universitaire qui traite de cette thématique en sept chapitres au travers de l’exposition « Voile et dévoilement » et qui demande si le foulard est « un symbole ou un vêtement. » L’idée est intéressante : « Le voile est illustré à travers sa longue histoire de l’Antiquité jusqu’à nos jours. » Une exposition qui montre que, si aujourd’hui le voile est « essentiellement assigné à l’Islam », il était avant cela « imposé aux femmes par les arguments religieux du christianisme. » Une jolie manière de revenir sur le rapport de la population suisse au voile. « Un volet fribourgeois rappelle que le voile se portait dans nos régions il n’y a pas si longtemps », indique le commissaire d’exposition.

Pourquoi le voile trouble-t-il autant la société occidentale ?

Au-delà de la spiritualité, le voile peut également être une phénomène de consommation, veut aussi dire cette exposition. Pour preuve, le monde de la mode notamment s’est emparé de cet objet. « Le voile qu’on a aujourd’hui est lié à une manière d’être consumériste où l’on achète des symboles qui expérimentent notre identité », explique à RTS François Gauthier, professeur de sociologie des religions. Du voile de nos ancêtres au voile actuel donc, l’exposition veut « transmettre des visions et informations par ses aspects multiples et en même temps stimuler la réflexion et le débat autour de l’origine des symboles identitaires qu’ils soient religieux et/ou culturels. » Une façon également de tenter de comprendre pourquoi le foulard trouble autant la société occidentale, là où les femmes le portaient il y a encore quelques décennies.