Après Nike, voici qu’une université britannique a elle aussi décidé de créer un hijab avec son propre logo. Elle se dit la première du Royaume-Uni à lancer une telle initiative.

La Brunel University London espère ainsi renforcer la participation sportive des étudiantes portant le voile.

« Brunel est l’une des quatre universités britanniques à proposer un programme sportif gratuit et nous avons constaté une lacune dans la participation des femmes. En particulier, nous avons constaté qu’il existait un obstacle pour les femmes musulmanes », explique Ranjeet Rathore, président de l’Union des étudiants de Brunel, qui a porté ce projet. 

L’obstacle principal est le voile, traditionnellement fabriqué en coton et pouvant donc rapidement donner chaud. Une situation peu confortable pour faire du sport. Ainsi, le hijab de cette université a été conçu dans une matière adaptée aux exercices physiques et portant l’inscription « Team Brunel ».

« Ce nouveau hijab est fabriqué dans une matière très légère, de haute qualité », et permet « à la peau de respirer plus facilement », assure Ranjeet Rathore. 

« C’est bien. Très léger, très facile à porter, très confortable, on a l’impression de ne rien porter sur la tête, ce qui est incroyable, surtout quand on fait du sport », témoigne Faith Al Saad, une étudiante en gestion des affaires.

, Une université britannique conçoit un hijab sportif pour ses élèves musulmanes

Le hijab de l’université sera disponible en deux tailles et en bleu. Une gamme de couleurs plus étendue devrait être proposée à l’avenir. Le coût de ce hijab est de 15£ (17 euros), « 40% moins cher que le hijab sportif lancé par Nike fin 2017 », fait remarquer l’université.

L’Union des étudiants de Brunel espère maintenant que d’autres universités suivront le pas et proposeront elles aussi leur propre hijab sportif pour encourager les musulmanes à s’investir dans des activités physiques.

Une étude de « Sport England » datant de 2017 indiquait que seulement 18% des femmes musulmanes participent à un sport régulier, contre 30% de la population féminine dans son ensemble au Royaume-Uni.

Photos : Faith Al Saad pour la Brunel University London.