François Hollande a remis la Légion d'honneur au prince hériter d'Arabie saoudite. Une cérémonie honteuse...

François Hollande a remis discrètement la Légion d’honneur au prince héritier d’Arabie saoudite. De quoi tuer définitivement la symbolique de cette décoration…

Aucune trace d’un quelconque communiqué de presse sur le site de l’Elysée, si prompt à communiquer habituellement sur les remises de Légions d’honneur. A croire que la présidence française a voulu que la cérémonie se passe en catimini. Ce vendredi 4 mars, François Hollande remettait, au prince héritier d’Arabie saoudite — et ministre de l’Intérieur de son royaume — Mohammed ben Nayef Al Saoud, la Légion d’honneur. « Il n’y avait rien de solennel », a tenté de justifier Jean-Marc Ayrault, parlant de « tradition diplomatique. » « Je pourrais vous en citer plein, des Légions d’honneur qui ont été données… », argumente Ayrault. Une drôle de façon de défendre l’indéfendable.

L’Arabie saoudite lutte « contre l’extrémisme »

Il est vrai que des Légions d’honneur qui ont été données, on peut en citer plein. Mimie Mathy, Patrice de Maistre — gestionnaire de fortune de l’héritière de L’Oréal —, Vladimir Poutine ou encore à l’ex-nationaliste corse Gérard Romiti. L’ancien garde des Sceaux Henri Nallet, qui conseillait Servier, Lilian Thuram ou encore Bob Dylan. Sauf que le prince saoudien surpasse toutes les polémiques qui ont suivi les remises de décorations : celui-ci a reçu la Légion d’honneur pour « tous ses efforts dans la région et dans le monde dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme. (sic) » François Hollande n’a pas dû lire les dernière informations sur le royaume…

Cette Légion d’honneur honore finalement ceux qui ont refusé d’être décorés, déplorant une mascarade. Ce fut à l’époque le cas de Jacques Prévert, Albert Camus, Georges Brassens, Jean-Paul Sartre, George Sand ou de l’économiste Thomas Piketty. Et même de Geneviève de Fontenay et de Brigitte Bardot. C’est dire. Cette « plus haute distinction française » est devenue une farce. Et l’offrir à l’Arabie saoudite montre qu’elle ne représente plus rien. En distinguant le prince saoudien, c’est le wahhabisme que l’on soutient. La Légion d’honneur récompense les « mérites éminents » militaires ou civils rendus à la Nation. Avec les 10 milliards d’euros de contrats négociés par Manuel Valls, nul doute que l’Arabie saoudite a effectivement rendu service à la Nation. L’argent n’a pas d’odeur, dit-on…

Yassine Bannani

Laisser un commentaire