Face à l’explosion des violences conjugales durant la première semaine de confinement en Tunisie, le ministère de la Femme qui a élargi les horaires de la ligne de soutien aux femmes violentées, lance lundi une assistance psychologique gratuite par téléphone.

Le nombre d’agressions signalées contre les femmes « a été multiplié par cinq par rapport à la même période en 2019 », a indiqué la ministre de la Femme, de l’Enfance et des Personnes âgées, Asma Shiri Laabidi.

Les sorties du domicile sont strictement limitées depuis le début le 22 mars du confinement général qui a été prolongé jusqu’au 19 avril, pour ralentir la contagion par l’épidémie du nouveau coronavirus.

Selon la ministre, plus de 40 femmes victimes de violences ont été signalées du 23 au 29 mars, contre 7 alertes durant la même période en 2019.

La plupart sont des femmes vivant dans des zones de l’intérieur du pays, âgées de 30 à 40 ans et ayant un niveau scolaire primaire et secondaire, a ajouté Mme Laabidi. Les agressions sont verbales ou physiques, et ont nécessité dans deux cas des hospitalisations.

« Le confinement a des conséquences significatives au sein des familles. La tension a augmenté et les risques d’agression contre les femmes sont beaucoup plus élevés », a-t-elle affirmé.

Dans le but d' »apaiser la charge psychologique et la tension dans les familles », une nouvelle ligne téléphonique verte, le 1809, gérée par 11 psychologues bénévoles de 08H00 locales à minuit, sera à la disposition des parents et aussi des enfants à partir de lundi, selon elle.

« C’est un service de conseil, qui permettra d’indiquer comment faire face à cette situation de confinement total et comment agir et gérer le stress au sein de la famille », a assuré Mme Laabidi.

Un autre numéro vert, le 1899, existe depuis 2016 pour recevoir aux horaires de bureau les appels des femmes victimes de violence, et pour « répondre à leurs demandes d’assistance, de l’appui psychologique, matériel, médical et aussi judiciaire ».

Face à la situation actuelle, « nous avons prolongé l’horaire de cette ligne pour qu’elle fonctionne 24/24 heures et 7 jours/7 lors de la période du confinement », a-t-elle expliqué.

Selon Dejla Ktari, responsable au ministère, plus de 9.000 appels de femmes victimes d’agressions verbales et physiques ont été enregistrés en 2019, outre 45.000 plaintes déposées aux unités spécialisées du ministère de l’Intérieur.