Ces décès portent à dix le nombre de Palestiniens tués mardi, incluant un haut commandant du Jihad islamique et son épouse, dans des opérations militaires de l’armée dans la bande de Gaza, enclave contrôlée par le Hamas.

L’UE a appelé à une désescalade « rapide et totale » après le regain de tension entre Israël et Gaza, marqué par des frappes israéliennes dans la bande de Gaza et des tirs de roquette en réponse.

Cette désescalade est « maintenant nécessaire pour sauvegarder les vies et la sécurité des civils israéliens et palestiniens », a souligné la porte-parole de la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, dans un communiqué.

« Le tir de roquettes sur des populations civiles est totalement inacceptable et doit immédiatement cesser », affirme la porte-parole Maja Kocijancic.

L’UE « soutient pleinement à cet égard les efforts de l’Egypte » et rappelle sa position selon laquelle « seule une solution politique peut mettre fin à ces cycles de violence ».

L’armée israélienne a tué mardi matin à Gaza un haut commandant du Jihad islamique à Gaza et plusieurs autres frappes ont tué des Palestiniens, au total sept victimes.