Dans un communiqué, le centre de commandement conjoint des alliés de Damas accuse les Américains d’avoir franchi « la ligne rouge » et s’engage à « répondre à partir de maintenant avec force à tout agresseur ou tout franchissement de ligne rouge par qui que ce soit (…). L’Amérique connaît notre capacité à répondre comme il se doit », ajoute-t-elle avant de qualifier d’« illégale » la présence de soldats américains dans le nord de la Syrie, qu’elle qualifie de « forces d’occupation. » Pour le président iranien Hassan Rohani, le président américain a aidé les terroristes avec cette attaque, « ce monsieur qui a pris le pouvoir aux Etat-Unis prétendait vouloir combattre le terrorisme, mais aujourd’hui, tous les groupes terroristes en Syrie ont fait la fête après l’attaque américaine. » Après cette attaque, Téhéran se soucie de ce que prépare la nouvelle direction américaine pour le Moyen-Orient et se dit préparé à toute éventualité.

Washington envisage des sanctions contre la Russie et l’Iran

Nikki Haley, l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, a déclaré à CNN que la question de nouvelles sanctions contre la Russie et l’Iran était étudiée par le président Donald Trump, « je pense que ce sont des conversations qu’il va avoir et a même déjà commencé à avoir », a-t-elle expliqué, avant d’ajouter, « rien n’est exclu ! » Soulignant que Moscou a innocenté Assad sans dénoncer cette attaque, les Etats-Unis ont ouvert une enquête pour définir si la Russie pouvait être liée à l’attaque chimique imputée à Damas. Rex Tillerson, secrétaire d’Etat américain, s’est quant à lui interrogé sur les réelles intentions de la Russie en Syrie, qu’il qualifie d’« incompétente » sur la question de l’éradication de l’arsenal chimique du président syrien. « Pourquoi la Russie n’a pas été capable de remplir cette mission ? Ce n’est pas clair pour moi », a-t-il déclaré, ajoutant : « Je ne veux pas tirer comme conclusion qu’ils ont été complices, mais ils ont clairement été incompétents, et peut-être que les Syriens se sont joués d’eux. »