« Il n’y a pas d’accord total » entre le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel d’un côté, et le chef de l’Etat russe Vladimir Poutine de l’autre, a affirmé le président turc lors d’une conférence de presse à Ankara.

M. Erdogan avait annoncé samedi la tenue d’un sommet quadripartite sur la Syrie le 5 mars, une initiative visant à trouver une solution à la crise dans la région d’Idleb (nord-ouest de la Syrie), où une offensive du régime de Damas a provoqué une crise humanitaire.

Mardi, il a affirmé que « dans le pire des cas », il pourrait avoir un entretien bilatéral avec le président russe à cette date-là.

Les tensions sont montées de plusieurs crans à Idleb depuis le début du mois avec des affrontements inédits entre l’armée turque et les forces du régime de Bachar al-Assad.

Ces combats ont également suscité des frictions entre Ankara et Moscou, qui appuie le régime syrien.

Le président Erdogan a sommé les forces d’Assad de se retirer de certaines zones dans la province d’Idleb d’ici fin février, menaçant dans le cas contraire d’avoir recours à la force.

Quelque 900.000 personnes ont fui les combats à Idleb depuis le déclenchement en décembre de l’offensive du régime qui est déterminé à prendre ce dernier bastion rebelle, majoritairement contrôlé par des groupes jihadistes, en Syrie.