Marine Le Pen a dit sa volonté d’interdire le voile dans l’espace public. Une posture inédite, puisqu’elle ne souhaite pas que les autres signes religieux soient concernés.

Pas besoin d’un voile pour cacher ses idées : Marine Le Pen a pourtant toujours tenté d’intégrer sa haine du foulard islamique dans un cadre plus global de laïcité. En 2016, par exemple, alors que le Rassemblement national était encore le FN, la fille de Jean-Marie Le Pen avait dit vouloir interdire le voile, mais, alors qu’elle voulait « élargir la loi de 2004 », elle avait décidé de s’attaquer au foulard et à la kippa.

Mais ce n’était qu’une simple posture. Car en réalité, le Rassemblement national est bien décidé à s’attaquer au voile, et exclusivement à ce symbole religieux. La présidente du parti d’extrême droite a, lors du congrès de Perpignan qui s’est déroulé le mois dernier, annoncé sa volonté d’interdire le voile dans l’espace public. Ce ne sont donc plus simplement les écoles ou les administrations qui sont concernées, mais bien la rue et les transports publics, entre autres.

Avant chaque présidentielle, Marine Le Pen ressort le même couplet. Ou presque. Car en 2012 et 2017, elle visait encore tous les signes religieux ostensibles — à l’exception des catholiques. Alors qu’elle semblait, ces derniers temps, avoir baissé en intensité, en ce qui concerne son islamophobie, Marine Le Pen avait même été raillée par Gérald Darmanin. Le ministre de l’intérieur avait déploré la « mollesse » de Marine Le Pen sur le sujet de l’islam.

Mais à l’aube de la présidentielle de 2022, la patronne du RN semble avoir retrouvé ses esprits. Et elle a annoncé : « Nous travaillons à interdire uniquement le voile, à rendre ça possible juridiquement ». Une façon de montrer à l’électorat d’extrême droite que le RN sera islamophobe et non anti-religieux.

Pour tenter de trouver une parade et interdire le voile et non les signes religieux, Marine Le Pen compte sur Jean-Paul Garraud. Celui-ci a été rapporteur de la loi sur le voile intégral, et il espère que le foulard aura le même sort que la burqa. Marine Le Pen aimerait d’ailleurs, si elle accède au pouvoir, que Garraud devienne son Garde des Sceaux.

Une sortie estivale qui montre les ambitions du RN. Le parti surfera sur l’islamophobie, au moins jusqu’à la prochaine présidentielle, et fera campagne sur le dos des musulmans qui, tous les cinq ans, sont habitués à être jetés en pâture par les Le Pen.