En ce moment

Sourate Al Fajr : contexte de sa révélation et explication de la sourate

Sourate Al Fajr ou sourate l’Aube est composée de 30 versets. C’est l’une des sourates qui ont été révélées pendant la période mecquoise. Elle occupe la 89e place dans le livre sacré du Coran, elle aborde l’étape de la Résurrection et le Jour du Jugement en illustrant l’histoire des peuples mécréants aveuglés par leur despotisme (Aad, Thamûd et Pharaon) et leur fin tragique.

Lire Sourate Al Fajr

Sourate Al Fajr extraite du livre saint le Coran.


Histoire de la révélation et explication de la sourate

Sourate Al Fajr, occupe la 10e place dans l’ordre chronologique des révélations, après sourate Al Layl ou la Nuit. Révélée toute entière à la Mecque, à la suite des persécutions infligées aux nouveaux convertis à l’Islam. À cette époque elle était descendue afin d’avertir la Tribu de Quraysh et les rappeler de la fin tragique assignée aux peuples de Aad, de Thamûd et celui de Pharaon.

Tout comme les sourates qui la précédent, cette sourate constitue dans son intégralité une exhortation aux musulmans, les invitants à adorer et à craindre leur Créateur. Une incitation à la reconnaissance d’Allah dans l’aisance, à faire du bien (en soignant l’affamé et l’orphelin) et à respecter autrui. De même, elle avertit les mécréants des terribles conséquences de leur infidélité et duperie.

Le serment de Dieu

La sourate commence par un serment. Dieu jure par l’aube, l’heure où le monde reprend vie et action. Allah poursuit par un deuxième serment, en jurant par les dix nuits. Selon Ibn Abbas, ces dix nuits font référence aux 10 jours du mois de  » Dhu Al Hijja  », avec tous les rites sacrés du grand pèlerinage et le sacrifice qui est célébré le 10e jour du même mois.

Allah jure par le pair (Asha shaf) et l’impair (Al Watir). C’est un serment plus général qui englobe toutes les créatures et tous les êtres. Ce serment met l’accent sur la puissance d’Allah et la splendeur de sa création. Comme il a déjà été mentionné dans sourate Al Haqqa, plus précisément dans les versets de 38 à 40 « Mais non ! Je jure par ce que vous voyez, ainsi que par ce que vous ne voyez pas, que ceci (le Coran) est la parole d’un noble Messager ». Plusieurs savants se sont accordés, sur le fait que le pair mentionné dans cette sourate, fait référence à toutes les créatures, mâles et femelles, quant à l’impair fait référence à l’unicité de Dieu. Interrogé sur ce sujet, Ibn Abbas avait répondu « Dieu est al Witr et vous, vous êtes Asha shaf ». De même, selon Bukhari, Mujahid avait dit « Chaque chose créée par Dieu est Ash shaf, notamment le ciel qui représente Asha shaf… Quant au Witr, c’est Dieu, Béni et très-haut ».

On déduit suite à ces interprétations, que toutes les créatures de Dieu sont Ash shaf: les humains, les animaux, la terre, la mer, le soleil, la lune, les djinns… « Et de toute chose Nous avons créé (deux éléments) de couple », sourate Ad Dariyat verset 49.

Allah continue par le serment jurant par  » la nuit qui s’écoule  » et  » il n’y a que Dieu qui est éternel  ». On remarque la magnifique structure poétique à la fin de chaque versets « Wal fajri, wa layalin ashri, wash-shaf’i wal-watri ».

Ce serment s’adresse à tous les fidèles qui s’emploient à saisir la profondeur du sens de ces versets, ainsi qu’à tous ceux qui persistent à renier l’unicité d’Allah, ceux là, connaîtront un lourd châtiment.

Le châtiment des peuples injustes

Contrairement aux autres sourates qui distinguent deux catégories, les heureux et les damnés, sourate Al Fajr, donne l’exemple des peuples injustes comme les Aad, Thamûd et Pharaon. En effet, ce rappel de l’histoire est utilisé pour exhiber tous les avertissements de Dieu. Allah nous avertit des conséquences terrifiantes qui seront réservées à tout malfaiteur ( tel était le cas pour les peuples préalablement cités) « Es-tu au courant, ô Muhammad ou n’importe quel autre auditeur, de ce que Dieu a fait subir au peuple ‘adite ? Ce sont ces gens qui ont osé déclarer : Qui est plus fort que nous ? » , sourate Fussilat versets 15 et 16.


Qui est le peuple Aad et la ville Iram ?

Le peuple d’Aad cité plusieurs fois dans le Coran, est un peuple d’Arabie, plus exactement de la ville d’Iram qui est aussi nommée Ubar. Cette ville fut un emblème du commerce de l’encens. Dans cette sourate Allah, confirme que la ville d’Iram fut détruite, parce que les Aad ont traité le prophète Houd de menteur et ont persisté dans leur idolâtrie. La ville fut détruite par une tempête de sable à cause de leur ingratitude et reniement de l’unicité de Dieu.

Qui est le peuple Thamûd ?

Vivant dans des grottes, qu’ils creusaient dans les rochers de la vallée au nord de Médine, Thamûd est un peuple ancien de l’Arabie centrale, disparu comme les Aad. Le nom de ce peuple a été cité 26 fois dans le Coran, un peuple polythéiste ayant refusé d’écouter leur Prophète Salih.

Tous les versets prouvent la grandeur et le pouvoir d’Allah (notamment par son châtiment attribuait aux anciens peuples qui ont semé la corruption sur terre). « Et voilà les villes que nous avons fait périr quand leurs peuples commirent des injustices et Nous avons fixé un rendez-vous pour leur destruction », sourate Al Kahf verset 59.

Comportement de l’homme ingrat

Du quinzième au vingtième verset, la sourate évoque le comportement égoïste de l’homme ingrat, celui qui ne reconnaît pas la bienveillance et les générosité qu’Allah lui consacre (sur sa santé et son patrimoine). L’Homme qui tire vanité de sa fortune en discréditant autrui et méprisant le Jour de la Résurrection, Allah l’avertit qu’au Jour du Dernier Jugement, sa fortune ne lui sera d’aucun secours.

Pour afficher le comportement égoïste des incrédules; en cas de richesse et d’abondance, ces derniers pensent devoir cela exclusivement à leur intelligence et à leur force. Dans un cas contraire, ils estiment que le Bon Dieu est responsable de leur manque et pauvreté. Ils ignorent que le Tout Puissant les a appauvri, mais les a également doté d’une bonne santé et d’une raison leur permettant ainsi de distinguer le bien du mal. Selon un hadith, « L’Islam comprend deux moitiés : une moitié, c’est la patience et la deuxième c’est la gratitude ».

L’homme doit remercier Allah de tous les bienfaits qu’Il lui a assuré en honorant l’orphelin et en nourrissant l’affamée.

Le jour du jugement

Les dix derniers versets de la sourate évoquent l’effroi du Jour du Jugement, pour rappeler le devenir de chacun. L’Homme a intérêt à adopter le droit chemin et à écouter la parole de Dieu pour éviter le feu éternel.

À la fin de sourate Al Fajr, on retrouve quatre versets qui expliquent la fin réservée aux élus, ceux qui se sont inclinés avec foi et révérence face à leur prophète et au texte coranique. Mettant en évidence la récompense qu’Allah leur a assuré au paradis, là où il n’y aura que paix et bénédiction.

Apprenez cette sourate facilement grâce à la vidéo ci-dessous, illustrant la phonétique exacte ainsi que la traduction en français de chaque verset.

 

Les bienfaits de cette Sourate

Il est recommandé de lire l’ensemble des sourates du Coran à tout moment de la journée. Le Prophète Mohamed (Que Dieu lui accorde Sa grâce et Sa paix) nous a recommandé « Lisez le Coran ! Le jour de la résurrection, il viendra intercéder en faveur de celui qui le récite ». Quiconque lit sourate Al Fajr, bénéficiera de ses bienfaits et dans vie sur terre et dans celle de l’Au-Delà.

Traduction de la sourate Al Fajr

Sourate Al Fajr traduite par l’islamologue française Denise Masson en 1967 :


Phonétique de la sourate Al Fajr

Vous pouvez lire plus facilement sourate Al Fajr grâce à cette phonétique. Sachez que les voyelles soulignées se prononcent plus lentement que les autres et que les lettres en gras sont muettes.


<