Contactez-nous
, Le sort des Saoudiennes toujours entre les mains de leurs tuteurs , Le sort des Saoudiennes toujours entre les mains de leurs tuteurs

International

Le sort des Saoudiennes toujours entre les mains de leurs tuteurs

L’Arabie saoudite se dit déterminée à changer son image de royaume ultraconservateur, mais un grand nombre de lois et politiques publiques demeurent inchangées, laissant la vie des Saoudiennes entre les mains de leur « gardien », père, mari ou fils.

Publié

le

Éducation

Le système saoudien de « gardien masculin » place le statut légal et personnel des femmes sous le contrôle de leur père, mari, frère ou même fils. Elles doivent obtenir la permission de leur parent mâle le plus proche pour faire des études, dans le pays ou à l’étranger.

En juillet 2017, le ministère de l’Éducation a annoncé que les écoles pour filles allaient commencer à proposer des cours d’éducation physique, à condition que cela reste conforme à la loi islamique (charia). Le ministère n’a pas précisé si elles devraient obtenir la permission de leur « gardien » pour y participer.

Le pays compte plusieurs universités réservées aux femmes.

Emploi

Les restrictions que le système du gardien mâle imposaient à l’emploi des femmes ont été assouplies, dans un contexte de diversification de l’économie du royaume, pour diminuer sa dépendance aux ressources pétrolières.

Le prince Mohammed ben Salmane, désigné héritier de la couronne en juin 2017, a présenté un plan de développement économique baptisé « Vision 2030 », dont l’un des objectifs est de faire passer le taux d’emploi des femmes de 22 à 30% d’ici une dizaine d’années.

Son père, le roi Salmane, a signé un décret autorisant les femmes à obtenir en ligne un permis pour créer une entreprise. La police a ouvert ses rangs à des officiers femmes.

Voyage, permis de conduire

Les femmes doivent toujours obtenir l’autorisation de leur gardien pour renouveler leur passeport et quitter le pays.

A partir du 24 juin 2018, elles ont été autorisées à conduire pour la première fois dans l’histoire du royaume. Bien que cette réforme ait été bien accueillie, elle n’a pas été le prélude à de nouvelles libertés politiques.

Des militantes, dont certaines bataillaient depuis des années pour le droit de conduire, ont été emprisonnées et poursuivies en justice, notamment pour avoir parler à des journalistes étrangers.

Statut personnel

Les femmes de tous âges doivent obtenir la permission de leur « gardien » pour se marier. Un homme peut divorcer sans le consentement de sa femme.

En janvier, le ministère de la Justice a indiqué que les tribunaux avaient désormais l’obligation de notifier par SMS aux femmes la fin de leur mariage, une mesure destinée à empêcher certains maris de divorcer sans en informer leur partenaire, ce qui était parfois le cas.

Espaces publics

En janvier 2018, les femmes ont été autorisées pour la première fois à pénétrer dans certaines enceintes sportives, dans des tribunes séparées.

Les pouvoirs de la redoutée police religieuse, qui a pendant des décennies patrouillé les rues pour réprimander les femmes pas assez couvertes ou au vernis à ongle trop brillant, ont été réduits.

Dans la capitale, Ryad, et dans d’autres villes il est désormais possible de voir des femmes circuler sans foulard.

Prières

Tweets

Muslimoscope

A la une