Contactez-nous

Débats

Pourquoi Sonia Mabrouk insulte les victimes d’islamophobie

Retour sur l’intervention de Sonia Mabrouk face à Marwan Muhammad. Notre jeune chroniqueuse de 17 ans ne se retrouve pas dans les propos de la journaliste.

Publié

le

Invitée dans l’émission « Salut les Terriens ! », la journaliste Sonia Mabrouk a décidé de faire le buzz en s’en prenant au président du Collectif contre l’Islamophobie en France, Marwan Muhammad. Certes, l’animatrice d’Europe 1 et de LCP affirmait, quelques minutes plus tôt dans l’émission, qu’elle n’était « pas trop dans la culture du clash et de la confrontation », que ceci n’était « pas (sa) marque. » Mais l’occasion était trop belle : proche du Printemps Républicain, qui ne cache pas son obsession pour le CCIF, Sonia Mabrouk a voulu draguer la gauche « Vallsiste » en s’élevant contre l’islamophobie. Et ça a parfaitement fonctionné : l’ancien Premier ministre — tout comme Gilles Clavreul, le patron de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT —, n’a pas manqué de tweeter l’intervention de Sonia Mabrouk dans l’émission d’Ardisson et les articles dans la presse ont fleuri après ce « clash » bien préparé. 

« Nous ne sommes pas des victimes ! » Ah bon ?

Retour sur cette émission. La journaliste d’origine tunisienne était venue présenter son livre « Le monde ne tourne pas rond, ma petite fille ». D’entrée, Sonia Mabrouk n’a pas caché son hostilité face à Marwan Muhammad, invité lui aussi sur le plateau de Thierry Ardisson, sur lequel la journaliste est restée « par correction pour Thierry Ardisson. » Sonia Mabrouk — qui n’avait visiblement pas lu la première page du livre de Marwan Muhammad — s’est alors lancée dans une tirade étonnante : « Moi, ça me fait toujours rire les professionnels qui parlent au nom de tous les musulmans et qui parlent au nom de l’Islam. Pardonnez-moi, Monsieur, mais je tiens à vous le dire, vous êtes une caricature, vous êtes une imposture! Vous ne représentez rien. Absolument rien ! Qui peut parler au nom des musulmans ? Personne, si ce n’est eux-mêmes. Nous ne sommes pas des victimes ! Ma réussite, la réussite de tous les autres Français de confession musulmane vous le prouve tous les jours et dans tous les milieux. »

Une journaliste en Louboutin qui ne vit pas le racisme quotidien

Sonia Mabrouk s’érige ainsi en porte-drapeau de la réussite des musulmans de France et vient souffler aux membres de la communauté que, à force de travail, on peut réussir, et par la même occasion que l’islamophobie n’existe pas. La journaliste confond victimisation et discriminations. Difficile en effet de donner un quelconque crédit à ce discours : Sonia Mabrouk n’est en rien représentative de la communauté musulmane en France : naturalisée française à l’âge de 20 ans, petite-fille d’un ambassadeur de Tunisie en France — dont elle a repris l’appartement —, ex-journaliste pour Jeune Afrique qui a écrit de nombreux articles élogieux sur le dictateur tunisien Ben Ali, issue de la bourgeoisie tunisoise et dont la famille était proche du président Bourguiba — qui a dévoilé de force les femmes tunisiennes, Sonia Mabrouk est née privilégiée et ne sera jamais une illustration de la réussite des musulmans de France. Cette journaliste en Louboutin ne vit pas les discriminations et le racisme quotidiens vécus par des milliers de musulmans. Au contraire, elle les alimente : en s’en prenant ainsi au CCIF, Sonia Mabrouk insulte en effet les cibles réelles d’islamophobie.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Lettre d’information

Restez dans l'actu avec LeMuslimPost

Facebook

Tweets

Publicité

A la une