S’il existe bien un point commun évident entre Daesh et l’Arabie Saoudite, c’est cette haine des chiites qui perdure. L’Arabie saoudite mène déjà une guerre au Yémen contre les rebelles houthis, mais sur son sol également, la répression anti-chiites est à son comble : tout le monde se souvient de l’exécution, en janvier 2016, du dignitaire chiite saoudien Nimr Baqer al-Nimr, qui avait provoqué des manifestations un peu partout en Iran, mais également dans le royaume wahhabite. Quatorze hommes attendent d’ailleurs leur exécution après avoir été condamnés suite à leur participation à des manifestations. Les autorités continuent leur campagne anti-chiites notamment dans la région d’al-Awamiya. Depuis février 2011, les habitants de cette dernière se soulèvent régulièrement contre le régime. Mais les forces armées saoudiennes sont finalement venues à bout des rebelles : les insurgés chiites, qui étaient retranchés dans la ville d’al-Awamiya, ont tous été délogés. L’armée saoudienne a tout fait pour éradiquer les contestataires, notamment en rasant le quartier d’al-Moussawara, qui abritait des chiites venus s’y retrancher. La victoire des forces armées a été fêtée comme il se doit dans le royaume. Une vidéo a particulièrement été diffusée dans le monde entier, indique le site des Observateurs de France 24. Dans cette vidéo, on voit des membres des forces spéciales célébrer leur victoire sur les contestataires chiites. Les soldats chantent, dansent… et se laissent aller à quelques insultes racistes. Une vidéo qui montre par exemple un militaire qui affirme, alors qu’il est dans une mosquée, que les chiites sont « des fils de chiens ». Selon France 24, le ministère de l’Intérieur saoudien a annoncé dans un communiqué l’arrestation du soldat fautif. Mais la scène corrobore les déclarations des ONG comme Human Rights Watch, qui assure que « la discrimination contre les femmes et la communauté minoritaire chiite saoudienne reste systématique et persistante », et que « la hausse du nombre de condamnations à mort prononcées contre des Saoudiens chiites est profondément inquiétante. »