Pour appuyer sa politique anti-migrants, Laurent Wauquiez n'hésite pas à dire, sans honte, que sœur Emmanuelle aurait pensé de la même façon que lui.

Le président par intérim des Républicains, Laurent Wauquiez, s’appuie sur sœur Emmanuelle, qu’il dit avoir bien connu, pour exposer sa politique antimigratoire. Sans aucun scrupule.

Laurent Wauquiez est-il devenu le roi de la récup’ ? Le président par intérim des Républicains, interrogé par LCI, s’est en effet servi de sœur Emmanuelle, la « petite sœur des pauvres », pour défendre sa politique anti-migrants. L’homme politique, également président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, affirme avoir rencontré la religieuse en Egypte au début des années 2000. Il n’a faut pas moins à Laurent Wauquiez pour imaginer ce qu’aurait fait la sœur face à l’afflux de migrants en France. A propos des réfugiés et de sœur Emmanuelle, le président de LR explique : « Ce n’est pas en France qu’elle les a accueillis. Où est-ce qu’elle s’est battue ? C’est en Égypte qu’elle s’est battue, c’est dans les bidonvilles du Caire, sur ce quartier du Mokattam », explique-t-il.

« Wauquiez n’est pas autorisé à penser à la place de sœur Emmanuelle »

Son objectif ? Expliquer que la France ne peut pas accueillir, comme c’est le cas à Calais, les migrants. « Ces batailles, elle les a faites dans les pays qui souffraient et pas avec cette fausse tolérance et cette fausse générosité consistant à croire qu’en accueillant tous les réfugiés du monde, on réglera les problèmes », dit encore le dirigeant politique en parlant de sœur Emmanuelle. « Je crois qu’on crée des déracinés », déplore-t-il d’ailleurs. Malheureusement, la « sœur des pauvres » n’est plus là aujourd’hui pour confirmer ce qu’affirme Laurent Wauquiez. La religieuse est en effet décédée en 2008. Une aubaine pour le président de région, qui n’a pas à subir de retour de bâton de celle qui s’était engagée auprès des chiffonniers du Caire. Mais c’était sans compter sur ceux qui continuent aujourd’hui son travail.

Dans un communiqué, Asmae, l’association sœur Emmanuelle, s’insurge contre la récupération politique menée par Laurent Wauquiez. Déjà en juin, Catherine Alvarez, proche de la religieuse, avait affirmé n’avoir « jamais entendu sœur Emmanuelle parler de Laurent Wauquiez. » Cette fois, l’association rappelle que la missionnaire souhaitait effectivement « tout mettre en œuvre pour aider le développement des pays du Sud de sorte que les populations n’aient pas à émigrer. » Mais elle rappelle que «  lorsque ces populations, n’ayant pas le choix, ont pris le risque de l’émigration, le pays dans lequel ils se rendent se doit de les accueillir, de les traiter dignement et de les soutenir dans leurs projets d’intégration. » Et Asmae de conclure : « Etant donné sa faible connaissance de sœur Emmanuelle, M. Wauquiez n’est pas autorisé à penser à la place de sœur Emmanuelle. »

Pierre Z. Lajarge

Laisser un commentaire