Contestant la nomination de David Friedman au poste d'ambassadeur américain en Israël, des rabbins demandent à Donald Trump de revoir sa décision.

Ils sont plus de six-cents rabbins et chantres à s’opposer à la nomination de David Friedman par Donald Trump au poste d’ambassadeur des Etats-Unis en Israël. Le futur diplomate a une image trop négative, selon les prédicateurs israéliens, qui estime que ses interventions dans la presse d’extrême droite sont préjudiciables. Friedman avait en effet accusé les membres de J Street, une association prônant la paix au Proche-Orient, d’être « pires que des kapos », ces surveillants de prisonniers dans les camps de concentration nazis. Selon The Times of Israel, les rabbins du Talmud ont écrit dans une lettre à Donald Trump être « intransigeants sur le fait que nous devons nous adresser aux autres – et particulièrement à ceux avec lesquels nous sommes en désaccord – avec amour et avec respect. On nous apprend que humilier autrui revient à faire couler son sang. »

David Friedman soutient les implantations en Cisjordanie

La nomination de David Friedman dérange donc les rabbins, qui estiment que le diplomate choisi pour représenter les Etats-Unis « semble n’avoir aucun scrupule à insulter ceux avec lesquels il est en désaccord. » Selon les rabbins, « il est pervers historiquement et hautement insultant d’affirmer que les Juifs qui prônent la paix – parmi lesquels de nombreux signataires de cette missive – ne valent pas mieux que les collaborateurs des nazis qui avaient comploté pour annihiler le peuple juif. » Les rabbins israéliens ajoutent que les déclarations de Friedman, qui était conseiller politique de Donald Trump pendant la campagne de ce dernier, rendent une éventuelle nomination au poste d’ambassadeur « hautement inquiétante au niveau politique. » Pour eux, « un ambassadeur a la mission de représenter notre nation entière » et son soutien à la colonisation en Cisjordanie est « un obstacle à la paix. »

Laisser un commentaire