« Trente-quatre corps au total ont été retrouvés par l’équipe. Le problème le plus important, c’est de se déplacer à pied dans la boue pendant une heure et demie tout en portant les corps », témoigne Aulia Arriani, porte-parole de la Croix-Rouge, suite à la découverte de jeunes étudiants dans une église sur l’île des Célèbes, envahie par une coulée de boue. 

Cette découverte macabre ne fait qu’aggraver le bilan déjà meurtrier de la catastrophe qui a frappé vendredi la localité de Palu, où vivent 350.000 habitants sur la côte occidentale des Célèbes. 

Le bilan du séisme et du tsunami en Indonésie s’alourdit et s’élève désormais, mardi 2 octobre, à 1 234 morts, indique l’agence de gestion des catastrophes. Mais les autorités estiment que le bilan devrait s’alourdir à mesure que les secours parviennent à établir le contact avec les villages isolés.

Le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Unocha) a estimé lundi à 191 000 le nombre de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire d’urgence, dont 46 000 enfants et 14 000 personnes âgées.

Les habitants manquent de tout : nourriture, eau potable, carburant ou médicaments. Les réseaux électriques et de télécommunications ont été très endommagés, et les sauveteurs manquent d’équipements pour rechercher les survivants dans les décombres.

Les autorités indonésiennes ont ainsi déclaré l’état d’urgence pendant quatorze jours. Et le président indonésien, Joko Widodo, a décidé d’accepter l’aide étrangère, que dix-huit pays et de nombreuses ONG ont jusqu’ici proposée. 

Une aide indispensable, alors que mardi 2 octobre, deux séismes de magnitude 5,9 et 6 ont à nouveau frappé dans le sud de l’archipel indonésien, au large de l’île de Sumba. 

Déjà des associations françaises ont prévu d’envoyer des équipes sur place, notamment les Pompiers de l’Urgence Internationale basés à Limoges. 

« Nous sommes en quelque sorte des invités. Nous n’allons pas là bas pour nous imposer. Il faudra respecter la culture et la religion musulmane. Il y a une façon de traiter les corps et de les récupérer. Idem pour les soins aux femmes », a fait savoir à France Bleu le président de l’association, le Lieutenant Colonel Philippe Besson. 

L’Indonésie est en effet le pays musulman le plus peuplé du monde mais compte des minorités religieuses, y compris chrétiennes parmi ses 260 millions d’habitants.