Contactez-nous

Politique

La Seine-Saint-Denis adresse une facture des aides sociales à Emmanuel Macron

Le conseil départemental de Seine-Saint-Denis a décidé d’envoyer une facture de 347 millions d’euros à l’Etat, pour ne plus payer « la solidarité nationale » à sa place.

Publié

le

« Depuis des années, c’est la Seine-Saint-Denis, malgré ses difficultés, qui paie la solidarité nationale à la place de l’Etat qu’il s’agisse des allocations de solidarité, des mineurs non accompagnés ou des enfants revenus de Syrie », explique le conseil départemental du 93 dans un récent communiqué.

Pour réparer cette injustice, le département vient donc d’envoyer « une facture de l’égalité » de 347 millions d’euros au président de la République. Un montant correspondant à toutes les aides versées directement par le 93 en 2018. 

Une somme dans laquelle s’additionne entre autres plus de 192 millions d’euros pour « la juste compensation du revenu de solidarité active (RSA) », environ 85 millions d’euros l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa), mais aussi 2,5 millions d’euros demandés à l’Elysée pour l’accueil des enfants syriens. 

Des subventions qui relèvent de la solidarité nationale mais que les départements doivent eux-mêmes payer depuis le début des années 2000. Une lourde facture pour un département comme la Seine-Saint-Denis, qui fait partie des plus pauvres de France. 

« Les rapports sur les inégalités territoriales qui frappent la Seine-Saint-Denis s’accumulent, les cris d’alarme des élus ou des acteurs du terrain se multiplient, sans aucune réaction massive du gouvernement, qui poursuit assidûment le tourisme ministériel sur notre territoire », accuse le conseil dans son communiqué. 

Déjà en octobre 2017, le conseil départemental de Seine-Saint-Denis avait décidé de ne pas verser le RSA à la Caf pour le mois de décembre. Il souhaitait dénoncer le manque de compensation de l’Etat.

Stéphane Troussel, président PS du conseil départemental souhaite le versement des 347 millions d’euros au plus vite. « Le budget étant voté le 20 décembre, le gouvernement a encore trois semaines pour nous répondre », prévient-il dans le Parisien. 

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope