Contactez-nous

Société

Jamila El Barkaoui : « Ce qui est arrivé à mon frère ne doit pas susciter de haine ou de clivages »

Fin mai, Saïd El Barkaoui était tué par son voisin qui avait proféré des propos racistes. Sa famille appelle au calme et demande que justice soit faite.

Publié

le

Le 20 mai dernier, à Ychoux dans les Landes, Saïd El Barkaoui était dans son jardin. Un de ses voisins arrivait alors en voiture et l’a insulté. « Il y avait des propos racistes depuis un petit moment, indique Jamila, la sœur de Saïd. Mon frère ne les avait jamais relevés car la personne était bien plus âgée que lui et il avait le respect des personnes âgées. Cet homme était connu pour ses propos racistes. » Mais ce jour-là, les actes dépassent les paroles : « Cette personne a attendu que mon frère relève la tête pour l’insulter. Mon frère n’a pas voulu répondre, la personne a pris une arme dans sa voiture et lui a tiré cinq balles dans le corps. »

Une marche blanche organisée en hommage à Saïd

Saïd El Barkaoui est directement opéré la soir même pour extraire les balles dans la cuisse et l’avant-bras. « Les deux balles dans le dos étaient impossibles à enlever. Il est sorti de l’hôpital, est rentré deux semaines après pour se faire opérer du bras et qu’on lui retire la balle dans l’épaule, se souvient Jamila. Il est ressorti le samedi, trois jours après son opération. Le dimanche, il s’effondrait chez lui. » Depuis, le tireur a été mis en examen pour « tentative d’assassinat aggravée par une motivation à caractère raciste. » Ce dimanche, une marche blanche était organisée en sa mémoire à Ychoux, non loin du domicile de Saïd.

« Mon frère était bienveillant, joyeux, il donnait beaucoup de sa personne »

Plus de 400 personnes se sont réunies ce dimanche, dans les Landes, pour honorer la mémoire de Saïd El Barkaoui et pour dire non au racisme. Mais pas question d’attiser la haine. « Je prône l’amour. Mon frère était bienveillant, joyeux, il donnait beaucoup de sa personne. Il avait beaucoup d’amis, de toutes confessions et cultures. Tout le monde était mélangé pour rendre hommage à mon frère. Je ne veux pas que ce qui est arrivé à mon frère suscite de la haine ou des clivages. On préfère prôner le vivre-ensemble », insiste Jamila qui assure avoir « confiance en la justice » et qui veut simplement «  que l’on reconnaisse le caractère raciste » de cet acte.

« Je n’avais pas envie que cela soit passé sous silence »

Après ce bel hommage, la sœur de Saïd El Barkaoui veut que l’affaire soit médiatisée. Devant le peu de réactions provoquées par cet assassinat, Jamila avoue qu’il y a eu « un peu de colère. » « Je n’avais pas envie que cela soit passé sous silence, dit-elle. Mais la journée d’hier a fait beaucoup de bien à ma famille, cela nous a apaisés. Cela a fait du bien de voir tout ce monde. » Aujourd’hui, Jamila et sa famille attendent le procès. Avant de pouvoir faire leur deuil : « Nous sommes dans une grande souffrance, mes parents sont affaiblis, ils ont perdu un second enfant. J’aimerais aujourd’hui que mon frère repose en paix. »

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope

Publicité