Pourquoi nous avons eu tort de parler d’un « maire musulman » à Londres