L’Arabie saoudite et le Qatar, pays rivaux du Golfe, entrent en compétition pour l’organisation des Jeux asiatiques de 2030, a annoncé jeudi le Conseil olympique d’Asie (OCA) après avoir reçu les deux candidatures.

« Doha, capitale du Qatar, et Ryad, capitale de l’Arabie saoudite, ont soumis des candidatures officielles pour accueillir les 21e Jeux asiatiques », a déclaré l’OCA dans un communiqué.

« Le dossier de candidature du Comité national olympique de chaque État était accompagné de lettres de soutien de la ville et des gouvernements respectifs ».

L’Arabie saoudite, l’Égypte, les Émirats arabes unis et Bahreïn ont rompu en juin 2017 leurs liens avec le Qatar, accusé de soutenir des mouvements islamistes radicaux – ce qu’il nie – et de se rapprocher de l’Iran, principal rival régional de Ryad.

Les discussions visant à régler ce différent entre les deux voisins sont au point mort, même si des signes de réchauffement ont fait renaître un espoir en ce sens fin 2019, avec la présence du Premier ministre du Qatar à Ryad pour un sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

Doha a déjà accueilli les Jeux asiatiques, en 2006, alors que l’Arabie saoudite n’a jamais organisé d’événement multisports, est-il indiqué dans le communiqué.

L’OCA a ouvert les candidatures à ses 45 pays membres mercredi pour l’organisation des Jeux asiatiques en 2030.

« L’OCA se réjouit de recevoir deux candidatures solides », a déclaré le président de l’OCA, Ahmad al-Sabah, dans le communiqué, ajoutant que cela « renforce notre réputation pour l’organisation d’événements sportifs de classe mondiale et à une grande échelle ».