« Notre ambition c’est de toucher une audience francophone plus large, on voudrait lancer un programme sur l’Afrique avec des sujets faits sur place », a annoncé sa présidente et directrice de l’information Xenia Fedorova. Précisant avoir demandé à cet effet à sa maison-mère une rallonge de son budget (aujourd’hui d’environ 30 millions d’euros).

La chaîne, qui emploie une centaine de personnes dont environ 70 journalistes, aimerait aussi embaucher une équipe de nuit. « Nous n’avons pas encore de publicité car nous avons des problèmes de distribution », a indiqué la dirigeante de la chaîne qui n’est distribuée que par Free et sur internet, des négociations avec l’opérateur Orange n’ayant pas abouti.

« Nous sommes toujours en discussion avec Orange, trois jours avant de signer on nous a dit que ce n’était plus possible. Je pense que c’est plus pour des raisons politiques que techniques », a-t-elle estimé, ajoutant que l’opérateur SFR était de son côté « trop cher pour notre budget » mais que des discussions avaient été entamées avec la plateforme Molotov.

La chaîne, considérée avec méfiance par l’Elysée qui lui reproche d’être un organe de propagande russe et refuse régulièrement d’accréditer ses journalistes, a également été mise en demeure par le CSA pour « manquements à l’honnêteté, à la rigueur de l’information et à la diversité des points de vue » dans un sujet sur la Syrie, décision contre laquelle elle a déposé un recours au Conseil d’Etat.

« Je ne veux pas faire dans la victimisation mais c’est évident que le traitement de notre chaîne diffère. Il y a une discrimination de notre chaîne à l’Elysée et nous ne savons pas pourquoi », a regretté la dirigeante, qui envisage de porter plainte pour discrimination.

« Nous avons mandaté un cabinet d’avocats, ils nous disent qu’on a beaucoup de matière mais on a toujours l’espoir que ça va s’arranger », a-t-elle expliqué, disant attendre également l’issue du recours contre le CSA.

Ce bras de fer avec l’Elysée contribue notamment selon elle à la bonne image de la chaîne auprès des gilets jaunes, dont elle suit la mobilisation avec exhaustivité. Côté chiffres, RT France compte 560.000 abonnés sur YouTube, et plus d’un million sur Facebook.