Contactez-nous

International

Les Rohingyas vers un deuxième déplacement forcé ?

Alors que le rapatriement de plus de 2 000 Rohingyas débute ce jeudi au Bangladesh, l’armée se positionne dans les camps, laissant craindre des retours forcés en Birmanie.

Publié

le

L’histoire se répètera-t-elle pour les Rohingyas ? Après avoir été obligés de rallier le Bangladesh après des exactions commises par l’armée birmane mais aussi par des nationalistes bouddhistes, les Rohingyas pourraient, dès demain, avoir la possibilité de rentrer chez eux. Après des mois de tergiversations, le ministre birman des Affaires sociales Win Myat Aye s’est dit « prêt » à accueillir les déplacés. Dès demain, 150 personnes pourraient quitter le Bangladesh pour retrouver la Birmanie, soit 2 260 Rohingyas au total. Si ce retour doit se faire sur la base du volontariat, les ONG craignent que le rapatriement soit en réalité imposé.

Dans les camps, la peur d’être rapatrié sans consentement est réelle. Notamment depuis que le Bangladesh a renforcé sa présence militaire dans les camps de réfugiés. Il faut dire que les dirigeants politiques locaux n’ont jamais caché leur agacement quant à la situation. Premier ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina avait l’an dernier estimé qu’il faut arrêter d’accueillir les Rohingya : « Pourquoi devrions-nous les autoriser à pénétrer dans notre pays ? » demandait-elle, ajoutant que ce problème « n’est pas notre responsabilité mais celle de la Birmanie. »

A la veille du rapatriement d’un premier groupe de réfugiés, l’ambiance est donc à l’inquiétude à la frontière. La veille, l’ONU avait demandé la fin de l’opération, rappelant que les risques de persécutions étaient encore bien réels en Birmanie. Selon la presse, plusieurs familles ont vu leur nom figurer sur la liste des retours sans leur accord et se sont alors enfuies pour se cacher plus loin, dans les collines. Autant dire que la présence militaire renforcée risque, en plus, de stresser les Rohingyas après ce qu’ils ont vécu dans leur propre pays quelques mois et années plus tôt.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope