La Maison Blanche a organisé une réunion trilatérale secrète en décembre entre les États-Unis, Israël et les Émirats arabes unis sur la coordination contre l’Iran.

Jared Kushner, haut conseiller et gendre du président américain, a été l’un des principaux artisans de cette réunion secrète à la Maison-Blanche.

Le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien et son adjoint, Victoria Coates, ainsi que représentant spécial des États-Unis pour l’Iran Brian Hook étaient présents lors de cette réunion.

L’équipe israélienne était dirigée par Conseiller de sécurité nationale du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Meir Ben-Shabbat.

Les Émirats arabes unis étaient représentés par leur ambassadeur à Washington Yousef Al Otaiba, un très proche conseiller du souverain, le prince héritier Mohammed bin Zayed.

Parmi les discussions, la mise en place d’un pacte de non-agression entre les Émirats arabes unis et Israël. Mais aussi une étape intermédiaire sur la voie de la normalisation diplomatique, ainsi que des vols directs et des voyages publics par des responsables israéliens dans le Golfe, selon le site d’information Axios.

-Une alliance arabo-israélienne-

Un tweet inhabituel du ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Abdullah bin Zayed, a attiré l’attention.

Le  21 décembre 2019,  Abdullah bin Zayed Al Nahyan des EAU a tweeté un lien vers un article paru dans le journal polique The Spectator du Royaume-Uni, intitulé : « La réforme de l’islam : une alliance arabo-israélienne prend forme au Moyen Orient »

L’article traitait de l’évolution du paysage géopolitique au Moyen Orient. Ainsi que de « la prise de conscience » par de nombreuses personnalités arabes qu’Israël pourrait être un « allié important »contre le terrorisme et l’expansionnisme de l’Iran dans la région, ainsi qu’un partenaire potentiel pour le commerce et la sécurité.

Ce à quoi Netanyahu lui a répondu un jour plus tard:

« Je me félicite des relations plus étroites entre Israël et de nombreux États arabes. Le temps est venu de la normalisation et de la paix »,

En février 2019, à Varsovie, avait été organisée une conférence anti-Iran dirigée par les États-Unis à laquelle ont participé Israël et des États du Golfe.

Après la conférence de Varsovie, l’administration Trump avait décidé de créer un forum trilatéral, les États-Unis, Israël et les Émirats arabes unis, pour renforcer la coopération contre l’Iran.

L’ambassadeur des Émirats arabes unis était présent lors de la cérémonie de dévoilement la semaine dernière du plan de paix de Trump au Moyen-Orient. Un signe fort envoyé à la communauté internationale mais sur surtout aux Palestiniens

Il est clair que le calendrier de Netanyahu est serré pour ce dernier qui fait face à trois actes d’accusation de corruption et à des élections serrées en mars.