En plaçant Laurent Wauquiez à la présidence par intérim des Républicains, le parti montre un nouveau visage, encore plus à droite.

Laurent Wauquiez remplace Nicolas Sarkozy à la présidence des Républicains, en vue de la primaire des droites. Par ses premières prises de position, il montre le virage à droite de son parti.

« J’en ai assez que l’on s’abrite derrière la Constitution. » En s’attaquant à l’acte fondateur de l’Etat français, Laurent Wauquiez marque avec fracas son arrivé, en intérim, à la présidence des Républicains. Le député de Haute-Loire estime que, « quand on répond à coups de Constitution, c’est une lâcheté de plus de la part du gouvernement, de la part de monsieur Cazeneuve. » L’arrivée de celui qui « assume d’avoir des idées qui peuvent faire bouger les lignes » à la tête du parti de Nicolas Sarkozy confirme le virage encore plus à droite de sa formation. Avec un ennemi tout désigné : l’Islam. Le président par intérim de LR n’a d’ailleurs pas manqué de s’exprimer à ce sujet. « La burqa et le terrorisme sont les deux faces d’une même médaille », a-t-il martelé, estimant par ailleurs qu’il ne fallait pas sanctionner le restaurateur ayant sorti deux femmes voilées de son restaurant il y a quelques jours.

Contre le voile à l’université, pour une aide européenne aux chrétiens d’Orient

Bien que le Conseil d’Etat ait assuré que les arrêtés municipaux anti-burkini sont illégaux, Laurent Wauquiez a tenu à réaffirmer la position du parti : « S’il faut changer le droit, on change le droit, assure-t-il. Je ne veux pas voir prospérer sur les plages de France le burkini. » Pour Wauquiez, les musulmans « testent la République. Ils testent notre détermination. » Mais il prévient : « Nous ne céderons plus, nous ne ferons plus le moindre accommodement. Il n’y aura plus de petit compromis raisonnable. » La suite d’un long combat contre l’Islam… Laurent Wauquiez déclarait en effet, l’année dernière, que les élèves ne mangeant pas de porc devaient préférer « aller dans une école confessionnelle » plutôt qu’à l’école républicaine.

Il y a peu, Laurent Wauquiez, également président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, était revenu sur l’engagement du Conseil régional de financer un projet d’institut culturel de civilisation musulmane à Lyon. « C’est la France et ils n’ont rien à faire ici ! », avait-il alors déclaré à propos des Algériens, qui finançaient en partie de ce projet. S’il assure ne pas avoir de problème avec l’Islam, Laurent Wauquiez est pourtant un des fervents combattants de cette religion : « Il y a des problèmes de conciliation de l’islam avec la ­République et avec notre mode de vie », assénait-il lors de l’émission « Face aux chrétiens », sur KTO. Celui qui se dit pour « l’interdiction du port du voile à l’université et dans les structures accueillant les enfants » a d’ailleurs une idée très partisane de la politique étrangère : « L’Europe doit assumer une politique offensive d’aide au développement tournée vers les populations chrétiennes opprimées », explique-t-il, occultant les musulmans victimes de Daesh.

Pierre Z. Lajarge

Laisser un commentaire