Notre chroniqueur Asif Arif* estime que les approximations de Marine Le Pen sur la laïcité résultent d’une absence de lecture de la loi de 1905 de la part de la candidate du Front National.

Voilà Marine Le Pen qui règne en terrain conquis. Depuis son dernier meeting, la dirigeante du Front National revient avec envie sur les sujets qui résument en réalité tout son programme : l’immigration et la laïcité. Et Marine Le Pen de s’estimer être la « seule à défendre cette laïcité ferme ». Une première réflexion interpelle : la laïcité, qui est une notion méritant la plus grande humilité, est approchée avec beaucoup de cran par Marine Le Pen, qui s’estime être à la hauteur de la loi de 1905.

Confondre le burkini avec la laïcité

Mais Marine Le Pen ne fait que faire des entorses et des confusions en ce qui concerne le principe de laïcité. D’abord, en confondant allègrement la notion de laïcité avec le burkini, lesquels sont deux éléments qui n’ont rien à voir, tant en apparence que sur le fond. La question du burkini relevait effectivement d’une question d’ordre public mais le Conseil d’Etat a apporté cet été quelques précisions intéressantes sur la question. D’abord, que limiter la liberté vestimentaire sur les lieux de baignade pouvait s’analyser en une atteinte grave aux libertés fondamentales. Pourtant, cet aspect de la question n’est jamais traité par Marine Le Pen, qui se revendique pourtant comme une spécialiste de la relation entre vêtement et laïcité. Par ailleurs, comment définir dans ce cas, un habit laïque qui pourrait être porté par le public ? Cela ne fait évidemment aucun sens, tout comme la position de Marine Le Pen sur la laïcité, justifiée par des impératifs purement populistes.

Provoquer un conflit des religions

En réalité, Marine Le Pen qui, lorsqu’il s’agit des questions des crèches dans l’espace public la justifie aussitôt par une « culture » française, souhaite provoquer un conflit entre les religions sur le territoire française en ayant une vision radicale de la laïcité. Laïcité et radicalité sont en réalité deux termes qui ne peuvent pas s’accommoder l’un de l’autre. Comment en effet concevoir une laïcité qui serait un outil du vivre-ensemble en décidant que les exigences laïques seraient plus fermes pour une religion et pas pour les autres ? Loin d’introduire une laïcité républicaine, dont Marine Le Pen n’a que faire, elle met en œuvre une situation discriminatoire et pousse aux conflits entre les religions.

Or, le paysage religieux français a montré, notamment après l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray que les religions en France souhaitaient montrer un front d’unité nationale et pas donner dans les idées du Front National. Peut-être la proximité des termes a, encore une fois, semé la confusion chez les dirigeants du Front National. Quoiqu’il en soit, et quelle que soit les tentatives de divisions religieuses, les dialogues interreligieux sont en hausse et les vrais militants de la fraternité française sont également sur le terrain.

Et si on revenait à la loi de 1905, tout simplement ?

La loi de 1905 a une simplicité, et c’est également ce qui en fait son charme. Elle répute une égalité entre les religions en reconnaissant une incompétence de l’Etat sur les questions religieuses. Or, on a l’impression a écouté Marine Le Pen, qu’elle est une spécialiste de l’islam politique et de l’histoire de catholicisme, même si elle réussit à faire des approximations, toutes aussi incompréhensibles, avec les protestants dont les intérêts auraient pu aller à l’encontre de la Nation sous Richelieu. Outre le fait que prendre comme référence Richelieu, Cardinal, pour parler de la laïcité révèle tout à fait l’absence de logique dans le débat sur la laïcité au Front National, notre demande à Marine Le Pen est de commencer par la lecture des premiers articles de la loi de 1905.

Et ces articles proclament la garantie de la liberté de conscience à tout citoyen républicain, étranger ou régularisé, français de souche ou naturalisé. N’en déplaise à Madame Le Pen, notre pays ne modifiera sûrement pas une loi à valeur constitutionnelle pour satisfaire les désidératas de cette dernière sur une laïcité qu’elle a elle-même inventée !

Asif Arif est avocat au Barreau de Paris, auteur spécialisé sur les questions d’islam et de laïcité. Il est l’auteur de l’ouvrage « Comprendre la laïcité en 50 fiches », à paraître.

Laisser un commentaire