Ismaël Saïdi, Tewfiq Sahih, Zehra Günaydin et Michael Privot ont proposé un projet composé de dix points pour réformer l'islam en Belgique .

Construction de nouvelles mosquées, formation et qualification des imams, financement des lieux de culte… Ce sont les points à traiter dans un projet visant à faire émerger l’islam en Belgique. Il s’agit de dix réformes proposées par un groupe de quatre belges musulmans.

Qui sont ces réformateurs ?

Forts de leur notoriété et leur influence, quatre intellectuels belges ont rédigé dix actions concrètes pour réformer l’islam en Belgique. Il s’agit d’Ismaël Saïdi, un comédien et de Tewfiq Sahih, le fondateur du think tank «Pensée d’islam en Belgique». Zehra Günaydin, doctoresse, et Michael Privot, islamologue et directeur de l’ENAR European Network Against Racism, viennent aussi apporter leur contribution au projet de réforme. En effet, ces personnalités prônent un islam «inclusif, intégrateur, émancipateur et respectueux de son contexte».

Les 10 commandements de l’islam en Belgique

Établir un « plan urbanistique-mosquée » : ce plan permet d’évaluer le juste besoin en nombre de mosquées dans chaque commune en fonction du nombre de musulmans et de leur fréquentation des moquées. Préalablement, la construction de toute nouvelle mosquée doit être arrêtée.

Imposer la reconnaissance des mosquées par l’Etat : les signataires recommandent à toutes les mosquées de suivre les procédures nécessaires pour être reconnues par l’Etat. Ceci implique l’application d’un cahier des charges et un dépôt des comptes.

Financer les mosquées par la collectivité : les auteurs de ce projet souhaitent obtenir des fonds de la part des entités fédérées en vue de financer la mise aux normes des moquées. Ceci concerne la sécurité incendie, l’hygiène, l’isolation, l’économie d’énergie et l’accessibilité pour les personnes moins valides.

Prêcher dans la langue locale : ce projet recommande l’obligation pour les imams de délivrer des prêches avec la langue de la région où ils se trouvent.

Sélectionner les imams selon leur grade académique : selon les recommandations de ce projet, les imams doivent détenir un grade académique ou équivalent dans des domaines pertinents pour leur fonction.

Lancer un projet de « mosquée-pilote » : l’idée est de mettre en place, dans chaque région, un « centre de diffusion du renouveau d’un islam pacifique, inclusif, égalitaire et œcuménique », ce qui permet d’articuler l’islam en Belgique et de le concilier avec les valeurs du pays.

Respecter tous les courants théologiques et juridiques : les auteurs de cette réforme appellent l’Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB) à développer une charte interne, aux termes de laquelle, toutes les tendances religieuses et les courants de pensée doivent être respectés.

Vulgariser les textes : le Ministère des Cultes est appelé à mettre en place un fonds pour produire des traductions et des vulgarisations de qualité pour les documents islamiques.

Tisser des liens internationaux : en vue de favoriser les échanges entre mosquées et entre instituts universitaires islamiques partout dans le monde.

Prévoir un cours d’histoire des religions dans le cadre du cours de citoyenneté. L’objectif est de renforcer chez les élèves le sentiment d’appartenance à une  culture européenne commune.

Source (ici)

Yassine Bannani

Laisser un commentaire