Contactez-nous

Culture

Le rappeur Médine finalement privé de Bataclan

Après avoir annoncé la programmation de Médine en octobre prochain, le Bataclan est finalement revenu sur sa décision après une longue polémique.

Publié

le

On lui reprochait notamment son texte « Don’t Laïk », dans lequel il chante : « Crucifions les laïcards comme à Golgotha. » En réalité, Médine y dénonçait ceux qui s’accaparent cette notion de laïcité pour « lui faire dire des choses qu’elle n’a jamais dites ou qu’elle n’a pas vocation à dire. » La laïcité, nous disait-il en interview, « est un bon message mais qu’elle a de mauvais messagers. » On lui reprochait également d’avoir appelé son album « Jihad », oubliant que ce mot n’avait à l’époque aucune connotation négative et que le sous-titre était : « Le plus grand combat est contre soi-même. » La presse d’extrême droite, d’Atlantico à Causeur, l’accusait même d’être un « islamiste. »

La « fachosphère », une partie des familles de victimes du Bataclan et le Printemps républicain — plus enclin à pardonner les propos d’Eric Zemmour — ont réussi à faire plier le chanteur et la salle de concerts parisienne. Programmé au Bataclan, Médine n’y chantera finalement pas, comme il l’a annoncé lui-même sur Twitter. « Nous avons pris la décision, douloureuse, d’annuler les deux dates de concert au Bataclan », indique le rappeur.


« Tout ce que je voulais faire, c’était le Bataclan », a regretté Médine, qui explique qu’il y avait des risques de manifestations de « l’extrême droite » devant le Bataclan. Les associations de victimes du 13 novembre 2015 étaient, elles, divisées : 13onze15 Fraternité Vérité parlait de « faute » de la part du Bataclan, quand Life for Paris jugeait que la salle de concerts était « complètement libre de sa programmation. » Certaines victimes de l’attentat avaient saisi le procureur de la République de Paris.

Dans Atlantico, Naëm Bestandji, qui se définit comme un « militant laïque et féministe » écrivait tout le mal qu’il pensait de Médine mais avouait que, « philosophiquement (…), Médine a le droit de s’y produire, aussi choquant que cela puisse être. La liberté d’expression est à ce prix. Nous ne pouvons pas brandir cette liberté pour nous-mêmes et la refuser pour nos adversaires, sauf encore une fois si ces adversaires tiennent des propos hors-la-loi. » Bien qu’il n’ait jamais tenu de propos hors-la-loi, le rappeur ne pourra cependant pas se produire au Bataclan.

 

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope

Publicité