Des journalistes, pensant interroger un suspect d’origine rwandaise de l’incendie de la cathédrale de Nantes, ont interrogé un homme qui n’avait rien à voir avec cette affaire.

« Sachez que je fais encore la même tête. Toujours aussi surpris. Je tiens surtout à m’excuser pour cette séquence qui me serre le cœur ». Hier soir, Patrice Boisfer, présentateur d’un journal télévisé sur CNEWS, a en effet halluciné lorsque, en plein direct, on lui a soufflé dans l’oreillette de laisser la priorité à des journalistes présents à Nantes. Ceux-ci enquêtaient sur l’incendie qui a touché la cathédrale quelques heures plus tôt. Une personne noire avait été interpellée pour répondre aux questions des enquêteurs. Alors, quand un homme noir est passé non loin du commissariat, les chaînes d’info en continu ont sauté sur l’occasion.

Problème : le jeune homme ne semble pas comprendre ce que veulent les journalistes. Ces derniers, conscients qu’ils se sont trompé de personne, retirent alors leur micro. Un moment gênant : alors qu’ils attendaient un bénévole du diocèse, d’origine rwandaise, un homme noir a été pris pour lui. Le bénévole, lui, a été relâché. Aucune charge ne pèse contre lui.

Sauf que le Rwandais, pour éviter la presse, est sorti par une porte dérobée du commissariat. De CNEWS à BFMTV, en passant par LCI… Toutes les chaînes ont donc estimé qu’un homme noir ferait l’affaire. Une séquence qui a été jusqu’à choquer le présentateur de CNEWS, qui a donc présenté ses excuses.