Quatre ans après avoir quitté la Squadra azzurra, Mario Balotelli a effectué un retour remarqué dans la sélection italienne, qui n’est pas qualifiée pour la Coupe du Monde. Le joueur italien qui vient d’effectuer deux saisons à Nice a d’ailleurs marqué le premier but de la rencontre contre l’Arabie Saoudite.

Mais une nouvelle fois, c’est dans les tribunes que le spectacle a été le plus triste : une banderole a été déployée par les supporters italiens présents dans l’enceinte de Saint-Gall, en Suisse. Sur celle-ci était écrit : « Mon capitaine a le sang italien. » Une banderole qui s’adressait directement à Super Mario. Car ce dernier risque de devenir le capitaine de la sélection italienne après le départ de Buffon à la retraite et l’absence de Bonucci lors des deux prochains matches.

De mauvais augure avant la Coupe du Monde

Sur son compte Instagram, Mario Balotelli a tenu à répondre aux supporters racistes en postant une photo de la banderole en question et en la commentant laconiquement ainsi : « On est en 2018 les gars. Réveillez-vous ! » De quoi ravir l’association de lutte contre le racisme Football Against Racism in Europe (FARE), qui a abondé dans le sens de Mario Balotelli. « Résistons encore une fois au racisme dans le football italien », indique l’organisation.

FARE est d’ores et déjà aux aguets concernant d’éventuels actes racistes lors de la prochaine Coupe du Monde en Russie qui débute le 14 juin prochain. L’association aider en effet la FIFA à surveiller la discrimination lors des différentes rencontres du Mondial. La FIFA a prévenu qu’elle ne laisserait pas d’actes discriminatoires passer en Russie, quitte à arrêter des matches en cas de cris racistes dans les tribunes.