Hier, deux victimes de l’attentat contre la mosquée de Québec ont reçu des médailles du civisme pour leurs actes héroïques, par le gouvernement québécois.

Aymen Derbali, une des victimes, avait en effet tenté d’attirer l’attention du tireur loin des autres fidèles, le jour de l’attaque, le 29 janvier 2017. Touché par sept balles, il demeure aujourd’hui paralysé et en fauteuil roulant.

« Je ne voulais pas partager ces balles », a-t-il plaisanté lors de la cérémonie à l’Assemblée nationale du Québec, en compagnie de son fils.

Désormais, Aymen Derbali souhaite lutter contre les crimes de haine, notamment en sensibilisant les jeunes.

Azzedine Soufiane, un des six hommes tués cette nuit-là, a lui aussi reçu une médaille, pour son courage et sa conduite exemplaire.

Il avait réussi lors de l’attaque, à bondir sur le tireur et le maitriser pendant quelques secondes, avant que celui-ci ne se libère et ne le tue.

La ministre de la Justice a ainsi remis la médaille du civisme à l’épouse de la victime et à leurs trois enfants.

Une cérémonie qui intervient alors que le terroriste Alexandre Bissonnette à l’origine de la fusillade, sera fixé sur son sort vendredi. Celui-ci doit écoper d’une peine de prison à vie, mais le juge doit se prononcer sur le nombre d’années après lesquelles il sera admissible à une libération conditionnelle.

Photo : Capture d’écran reportage Radio-Canada