Alexandre Bissonnette, 29 ans, a été condamné le 8 février à la réclusion à perpétuité avec une période de sûreté de 40 ans pour avoir perpétré la pire attaque contre un lieu de culte musulman en Occident.

Mais le bureau du procureur a estimé que le juge François Huot « aurait dû appliquer » une nouvelle disposition du code pénal et « imposer en conséquence une période d’inadmissibilité à une libération conditionnelle d’une durée de 50 ans », selon le recours déposé lundi auprès de la Cour d’appel du Québec, consulté par l’AFP.

Le meurtrier, qui avait plaidé coupable, a lui-même fait appel le 8 mars considérant comme « déraisonnable » la période de sûreté de 40 ans.

Le 29 janvier 2017, Alexandre Bissonnette a ouvert le feu dans la mosquée de Québec sur une quarantaine d’hommes et quatre enfants réunis après la prière, tuant six hommes et en blessant grièvement cinq autres.

Le parquet avait réclamé une peine de 150 ans de prison mais cette demande a été qualifiée de « déraisonnable » et d’anticonstitutionnelle par le juge Huot.