Dans une série de tweets, le Secrétariat général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation qualifie nommément Marwan Muhammad d’activiste islamiste se faisant passer pour un défenseur des droits des musulmans.

Le Secrétariat général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation a plusieurs missions parmi lesquelles « lutter contre le séparatisme » et « prévenir la radicalisation ». Une officine gouvernementale qui a semblé, ces derniers jours, en roue libre. Tout débute avec un tweet de Marwan Muhammad il y a trois jours. L’ancien porte-parole du CCIF déplorait alors la différence de traitements entre le CCIF, qui a été l’objet d’une dissolution administrative de la part du ministre de l’Intérieur, et Génération identitaire.

« L’extrême droite française planifie des attentats, s’allie avec des néo-nazis, s’attaque à des assemblées démocratiques, infiltre l’armée… mais l’obsession du gouvernement, c’est de faire la chasse à ‘l’islamo-gauchisme’ et aux musulmans. Bref aux cibles de l’extrême droite », déplore dans son post Marwan Muhammad.

Dans un premier temps, le SG-CIPDR rétorque simplement que « la République condamne tous les extrémismes voulant imposer une idéologie contraire aux valeurs démocratiques et humanistes. Ils seront combattus partout. Nous n’avons qu’un seul ennemi : l’extrémisme hostile au cadre républicain et incitant à la haine de l’autre ».

Avant de se lancer dans un véritable harcèlement à l’encontre du fondateur de la plateforme L.E.S. Musulmans. Le Secrétariat général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation se fend en effet d’un long « thread » dans lequel il nomme Marwan Muhammad en le qualifiant d’islamiste.

Dans un premier temps, le SG-CIPDR s’en prend au CCIF qui, « sous couvert de dénonciation d’actes dits ‘islamophobes’, (…) consacrait tous ses moyens à la diffusion de fake news selon lesquelles la France serait un pays raciste et antimusulman ». Puis le Secrétariat général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation de d’indique, pour assurer que « la France se bat contre le racisme sous toutes ses formes dont celui qui vise les musulmans », Marwan Muhammad est un « activiste islamiste se faisant passer pour un défenseur des droits des musulmans ».

Une sortie intolérable de la part d’un organe gouvernemental. Mais ce dernier n’en est pas resté là, osant affirmer que « la France est l’un des rares pays au monde disposant d’une administration d’Etat, directement rattachée au Premier ministre, chargée de la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT ». Le SG-CIPDR évoque ainsi la Dilcrah, qui avait un budget conséquent mais dont on cherche toujours quelles ont été leurs actions.