C’est sur le réseau social Twitter que le candidat d’extrême droite Éric Zemmour, a choisi de déverser sa haine, en diffusant son « Programme islam ». Coïncidence ou timing calculé, la publication intervient lors de la diffusion d’un documentaire consacré au « danger de l’islam radical » dans Zone interdite sur M6.

Dans un tweet intitulé « Nous allons reconquérir la France », le polémiste Éric Zemmour a présenté une partie de son programme présidentielle, centrée sur l’islam. Avec le « Programme islam », Zemmour entend « Imposer la discrétion », « Stopper l’endoctrinement » et « Empêcher les influences étrangères ». Les mesures phares qu’il présente, comme l’interdiction du port du « voile islamique » dans l’espace public ou encore l’interdiction de construction de mosquées, ont provoqué un tollé sur les réseaux sociaux.

La diffusion de son « Programme islam » a scandalisé les internautes qui ont vivement réagi à ce déferlement d’islamophobie. En réalité, Zemmour a tweeté dimanche 23 janvier, au même moment où la chaîne M6 diffusait un reportage sur « l’islamisation de notre pays » et le « danger de l’islam radical », dans Zone interdite.

Les critiques ont fusé, et les utilisateurs du réseau à l’oiseau bleu dénoncent une récupération politique dans le documentaire. Feïza Ben Mohamed, militante et journaliste a d’ailleurs précisé « Alors que depuis plusieurs semaines, l’Islam était plutôt absent de la sphère médiatique, #ZoneInterdite se lance corps et âmes dans une propagande à vomir. Ce reportage illustre à merveille comment les médias fabriquent « le problème musulman » pour servir le politique ».

Que propose Zemmour ?

Comme à l’accoutumée, Éric Zemmour a enchaîné les amalgames entre islam et intégrisme. Utilisant ses éléments de langage favoris comme le « djihad » ou « le voile islamique », le candidat d’extrême droite est déterminé à appliquer son programme s’il est élu à la présidence.

Outre l’interdiction du port du voile dans l’espace publique, Zemmour entend fermer de manière définitive les lieux de promotion du « djihad », le contrôle strict des imams et des financements étrangers du culte musulman. Dans une tribune publiée lundi 24 janvier sur Le Figaro, il a déclaré « Ainsi, les us et les coutumes de l’Afghanistan totalitaire prennent racine chez nous, sous le regard bienveillant des pouvoirs publics. (…) Il est temps d’empêcher toute infiltration étrangère. Le moment est venu d’imposer à l’islam la discrétion dans notre pays et le plus grand respect de notre identité ! ».

Ce que propose Éric Zemmour est l’installation d’un appareil étatique, embrassant l’islamophobie et bannissant les musulmans de France de l’espace public. Il présente un programme entaché par la haine de l’Autre, la xénophobie et le racisme et souhaite marginaliser la population musulmane de France. Avec son programme liberticide, il gagne du crédit auprès des électeurs, avec des médias de plus en plus politisés.

L’islamophobie d’État est une tendance, qui s’enracine à grands pas, dans les institutions républicaines. Éric Zemmour n’est pas le seul chantre de cette islamophobie, peut-être le pire, mais il n’est pas seul. Les politiques, chacun à différents degrés, participent à la radicalisation de la société française, et à la dégradation de la situation des libertés et des droits fondamentaux et universels de la communauté musulmane française.