Contactez-nous
, Présidentielle 2017 : Valls, le Judas du Parti socialiste , Présidentielle 2017 : Valls, le Judas du Parti socialiste

Actualité

Présidentielle 2017 : Valls, le Judas du Parti socialiste

Après avoir annoncé son soutien à Emmanuel Macron, Manuel Valls s’est attiré les foudres des soutiens de Benoît Hamon, mais aussi de certains médias français.

Publié

le

Arnaud Montebourg, arrivé troisième à la primaire PS n’a pas mâché ses mots en parlant de Manuel Valls : « Chacun sait désormais ce que vaut un engagement signé sur l’honneur d’un homme comme Manuel Valls : rien. Ce que vaut un homme sans honneur », a-t-il posté sur les réseaux sociaux. Karine Berger, députée de la 1ère circonscription des Hautes-Alpes a, quant à elle, qualifié le comportement de Manuel Valls de « minable. » Manuel Valls a-t-il pris cette décision de soutenir Emmanuel Macron plutôt que Benoît Hamon par vengeance ou par simple ambition politique ? Si c’est par ambition politique, Emmanuel Macron a été on ne peut plus clair. Il a d’abord remercié l’ancien Premier ministre, mais a insisté sur le « renouveau » qu’il compte incarner. « Pour ce qui est de la démarche et de ce que j’entends conduire, je serai le garant du renouvellement des visage, du renouvellement des pratiques, a-t-il indiqué. Ce ne sont pas les décisions des uns et des autres qui détermineront la majorité présidentielle ni mon gouvernement. »

Une plainte a été déposée

En plus d’être un « traitre » il ne respecte pas la charte qu’il avait signée, qui mentionnait qu’en cas de défaite aux primaires, « il soutiendrait le candidat élu. » De ce fait, Sylvie Lions-Noguier, une militante du Parti socialiste, a décidé de porter plainte contre le Parti socialiste et la Haute autorité des primaires pour « abus de confiance. » Cette dernière estime « que certains au Parti Socialiste ont les moyens de faire respecter les chartes signées… et leurs hésitations sont fort douteuses… S’ils en sont incapables, voilà qui va les y contraindre. »

A la une