Non, l’Islam n’est pas la préoccupation majeure des électeurs pour 2017