La procureure de la Cour pénale internationale a annoncé vendredi qu’elle voulait ouvrir une enquête complète sur d’éventuels « crimes de guerre » dans les territoires palestiniens, sans toutefois désigner leurs auteurs, mais suscitant l’ire d’Israël.

« Ce que la CPI a fait, c’est du pur antisémitisme et nous ne fléchirons pas », a déclaré Netanyahu durant une fête du Likud à l’occasion du premier des huit jours de Hanoukka.

Cette décision « a transformé la CPI en outil politique pour délégitimer l’État d’Israël », a en effet aussitôt réagi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, parlant d’un « jour sombre pour la vérité et la justice ».

Les Etats-Unis ont eux aussi réagi avec virulence. « Nous nous opposons fermement à cela et à toute autre action qui vise Israël de façon injuste », a déclaré dans un communiqué le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. « En prenant cette mesure, la procureure reconnaît expressément qu’il existe des questions légales sérieuses sur l’autorité de la Cour à procéder à une enquête », a-t-il ajouté.

Les Palestiniens se sont en revanche félicités des déclarations de la procureure de la CPI, créée en 2002 pour juger des pires atrocités commises dans le monde et dont le siège est à La Haye.

« L’Etat de Palestine salue cette étape », qui aurait dû intervenir « il y a longtemps », « après près de cinq années longues et difficiles d’examen préliminaire », a déclaré le ministère palestinien des Affaires étrangères.

La CPI a ouvert une enquête préliminaire en janvier 2015 sur des allégations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en Israël et dans les territoires palestiniens, dans le sillage de la guerre à Gaza en 2014.

Ce conflit avait fait 2.251 morts chez les Palestiniens, en majorité des civils, et 74 du côté israélien, essentiellement des militaires.

Une enquête complète pourrait aboutir à l’inculpation de certaines personnes, mais pas d’États.

« Je suis convaincue qu’il existe une base raisonnable justifiant l’ouverture d’une enquête » sur la situation dans les territoires palestiniens et que « des crimes de guerre ont été commis ou sont en train de l’être en Cisjordanie, notamment à Jérusalem-Est, et dans la bande de Gaza », a déclaré vendredi la procureure de la CPI dans un communiqué.