La France doit s' »attaquer au séparatisme islamiste », un « projet conscient » qui vise à « créer un ordre parallèle » et « nier la République », a déclaré vendredi le président français Emmanuel Macron lors d’un discours aux Mureaux, une banlieue sensible en région parisienne.

« Il y a dans cet islamisme radical (…) une volonté revendiquée d’afficher une organisation méthodique pour contrevenir aux lois de la République et créer un ordre parallèle d’autres valeurs, développer une autre organisation de la société », a-t-il ajouté, estimant par ailleurs que l’islam est « une religion qui vit une crise aujourd’hui partout dans le monde ».

La semaine dernière, alors qu’il célébrait les 150 ans de la République française, Emmanuel Macron affirmait que la République était « toujours à protéger », car « fragile » et « précaire », et mettait en garde contre toute « aventure séparatiste ».

« Il n’y aura jamais de place en France pour ceux qui, souvent au nom d’un Dieu, parfois avec l’aide de puissances étrangères, entendent imposer la loi d’un groupe », a-t-il déclaré dans un discours prononcé au Panthéon à Paris, à l’occasion des 150 ans de la proclamation de la République, le 4 septembre 1870 après la défaite de Napoléon III à Sedan.

Il a précisé qu' »un projet de loi de lutte contre les séparatismes sera présenté dès cet automne ».