Il s’appelle Ken Isaacs et est vice-président de l’organisation chrétienne Samaritan’s Purse. Il est le poulain de Donald Trump pour prendre la tête de l’Organisation internationale des migrations.

Affiliée aux Nations Unies depuis un an et demi, l’OIM s’occupe notamment de « la protection des migrants et des personnes déplacées au sein de communautés touchées par la migration, la réinstallation des réfugiés et des retours volontaires et l’intégration de la migration dans les plans de développement nationaux. » L’organisation dispose d’un budget de fonctionnement annuel de près de 1 milliard de dollars.

« La foi musulmane ordonne aux fidèles la violence »

Mais déjà, le choix de Ken Isaacs fait polémique. Non pas qu’il soit chrétien. Mais de nombreuses de ses déclarations ressortent aujourd’hui à l’encontre des musulmans. Comme lorsque, après un attentat à Londres, Isaacs a déclaré que cet acte était « exactement ce que la foi musulmane ordonne aux fidèles de faire. » Plusieurs tweets d’Isaacs ont également émergé, comme lorsqu’il avait estimé que les réfugiés chrétiens de Syrie devait être « la priorité » de Barack Obama.

Dans un communiqué, Ken Isaacs écrit qu’il « regrette profondément » que ses propos « aient causé du tort. » L’homme s’est engagé à agit avec « humanité » et « dignité » malgré ses commentaires islamophobes. Des excuses pour crédibiliser sa candidature. La Maison-Blanche, de son côté, assure qu’Isaacs « traitera les gens équitablement et avec la dignité et le respect qu’ils méritent. » Pour la première fois depuis 1960, un candidat américain à la direction de l’OIM pourrait perdre une élection.