Fervent défenseur de la cause palestinienne, Olivia Zemor milite contre les lobbys israéliens, implantés en France depuis de nombreuses années. Elle est en attente de son procès en appel pour diffamation et incitation à la discrimination économique, l’opposant au géant pharmaceutique israélien Teva, prévu ce jeudi 27 janvier à Lyon.

Olivia Zemor, directrice du site Europalestine, est connue des services israéliens pour son militantisme et son activisme pour la cause palestinienne. Elle a œuvré pour des actions de boycott, dans le cadre de la campagne mondiale BDS, visant à obtenir la fin de l’occupation et de la colonisation israélienne des territoires palestiniens. Sa détermination à libérer la Palestine de l’occupation illégale des colons israéliens a fait d’elle la cible des attaques des entreprises et lobbys de l’État hébreu.

En mars dernier, Olivier Zemor avait comparu pour diffmation et incitation à la discrimination économique, pour avoir fait état d’une action incitant les consommateurs à ne pas acheter de médicaments produits par l’entreprise pharmaceutique Teva. Le tribunal correctionnel de Lyon avait alors rejeté les poursuites, estimant qu’il s’agissait de liberté d’expression. Mais le boycott d’Olivia Zemor gêne beaucoup les politiques israéliens, et l’entreprise Teva, dont le siège est en Israël a fait appel.

Le procès en appel au tribunal correctionnel de Lyon, prévu le jeudi 27 janvier 2022, tranchera définitivement la question. Mais Olivia Zemor entend poursuivre son combat pour la Palestine, en dépit des risques judiciaires encourus. « Teva contribue au financement des opérations militaires à Gaza et eu développement de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, au mépris des droits du peuple palestinien et des résolutions internationales, en toute impunité ! Appeler à son boycott est donc nécessaire » avait-elle déclaré.

Si cette situation observée de l’extérieur semble opposer une militante de la cause palestinienne à une société israélienne, elle reflète en réalité les profonds liens de la France avec l’État hébreu mais surtout la motivation française à condamner les soutiens français au peuple palestinien. La France, pays des droits de l’Homme, criminalise toute personne appelant ou incitant au boycott des produits israéliens. Pour rappel, cette décision de la justice française avait été condamnée par la Cour européenne des droits de l’Homme qui a clairement rappelé que ce genre de mesure appliquée pénalement est une grave atteinte à la liberté d’expression.

La militante francilienne avait martelé avec fierté, sa victoire à tous les procès pour lesquels elle a été poursuivie et ceux qu’elle a intenté. Elle a avancé que « Les magistrats lyonnais sont capables de ne pas se laisser dicter leurs décisions par un gouvernement qui oublie que la justice française est indépendante. Ils sont capables de se rendre compte que s’il y a ici une « nation discriminée » ce n’est pas la nation israélienne, mais bel et bien la nation palestinienne, dépossédée, emmurée et privée de toute liberté depuis des décennies ».

Avec sa force de caractère et malgré les menaces et agressions, Olivia Zemor continue à lutter contre cette injustice flagrante. La France a depuis longtemps troqué ses idéaux démocratiques et universalistes, et perverti ses institutions républicaines. L’indépendance de la justice française est le dernier rempart face à la dérive des politiques français.