La Nuit du ramadan attise les fantasmes sous prétexte de laïcité