La nourriture halal est devenue une tendance globale et non plus une tendance observée pour des raisons religieuses. Le halal est perçu aujourd’hui comme une affirmation identitaire et est relié à un mode de vie sain et au bien-être des animaux.

La nourriture halal est devenue une tendance globale et non plus une tendance observée pour des raisons religieuses. Le halal est perçu aujourd’hui comme une affirmation identitaire reliée à un mode de vie sain et au bien-être des animaux.

Le halal séduit de plus en plus

En lien direct avec la montée en puissance de l’économie islamique, la consommation mondiale de nourriture halal est en croissance rapide. Cette industrie détient 16% des parts de marché au monde : respectivement 63% pour l’Asie, 24% pour l’Afrique et 10% pour l’Europe.

Un grand nombre de pays non musulmans et de multinationales de l’agroalimentaire ont découvert l’importance de la nourriture halal, ajoutant de nouveaux produits aux rayons des hypermarchés  ainsi qu’aux restaurants.

Ainsi au Japon, où la culture de la nourriture halal est déjà bien développée, plusieurs plats traditionnels incorporent déjà des ingrédients halal. C’est le cas du miso paste, l’un des ingrédients les plus utilisés dans la cuisine nippone. Idem pour le plat estival de nouilles zaru soba ou encore du ragoût Udon. Ces recettes sont certifiées halal par la Japan Halal Association, ce qui permet aux industriels d’exporter ces plats nippon dans le monde musulman.

La Thaïlande a également pris en marche le train de la tendance halal. A Bangkok comme ailleurs dans le pays, de nombreux restaurants proposent des menus 100% halal ce qui permet d’étoffer le tourisme halal dans le pays. Selon Winai Dahlan, directeur du Centre Scientifique Halal de l’Université de Chulalongkorn, la nourriture halal représente aujourd’hui 20% des exportations totales thaïlandaises. « L’industrie aura également besoin de nouveaux produits afin de pouvoir s’accroître davantage. »

Se diversifier pour accroitre son marché

Outre la Thaïlande et le Japon, plusieurs pays occidentaux souhaitent profiter de cette niche et exploiter le marché du halal. En Grande-Bretagne, la viande halal et les saucisses sont disponibles dans les grands supermarchés. Il existe même des plats préparés pour bébé ou de la nourriture bio halal. Ainsi, certaines chaines de fast-food proposent exclusivement du poulet halal à ses clients.

En France, le pays européen qui compte le plus de musulmans, les supermarchés et les épiceries proposent également une large variété de nourriture halal, dont des spécialités locales comme le foie gras. En Allemagne, l’industrie agroalimentaire halal est devenue plus importante (en termes de revenu) que l’industrie du bio. Elle s’impose désormais comme un pilier intournable, une branche à part entière de l’industrie.

Les industriels confrontés au problème de standardisation de la certification

Les multinationales agroalimentaires proposent également un grand nombre de produits halal. Mais leur problème est qu’il n’existe aucun standard mondial de la nourriture halal, ce qui rend difficile la mise sur le marché mondial d’un même produit. Ainsi, selon Evangelina Komitopoulou de l’organisme de certification suisse Global Food Certification Manager, « il y a actuellement 122 organismes de certification à travers le monde, dont des organismes étatiques ayant pris en charge la certification halal. »

Dans le but d’harmoniser les standards halal mondiaux, l’Organisation de Coopération Islamique (OIC) a chargé les Emirats Arabes Unis de mettre en place un standard unifié qui serait appliqué dans les 57 pays musulmans. Mandaté en 2012, les Emirats ont un délai de 3 ans pour appliquer cette mesure. Celle-ci, si elle était mise en place, redonnerait un coup d’accélérateur à l’industrie agroalimentaire halal.

Source : ici

Crédit photo : Google Image

Pierre Z. Lajarge

Laisser un commentaire