Le président de la FFF s’est désolidarisé de la fédération qui avait choisi Youssoupha pour représenter les Bleus. 

Depuis plusieurs jours, l’hymne de l’Equipe de France en vue de l’Euro de football fait polémique. « Ecris mon nom en bleu », le titre du rappeur Youssoupha, a été choisi par la Fédération française de football (FFF) pour représenter les Bleus lors de la compétition de football que l’équipe de France espère gagner. Après les nombreux commentaires sur le retour de Karim Benzema chez les Bleus, c’est désormais l’artiste Youssoupha qui est critiqué.

Et forcément, la polémique est venu tout droit du Rassemblement national. Jordan Bardella, le numéro 2 du parti d’extrême droite, a estimé qu’associer Youssoupha aux Bleus revenait à « céder à une partie racaille de la France ». Une phrase qui fait référence à une interview de Benzema qui accusait le sélectionneur Didier Deschamps d’avoir cédé sous la pression d’une partie raciste de la France.

Si Youssoupha a reçu certains soutiens, comme celui de la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, le rappeur ne peut pas compter de la même façon sur tout le monde. Pourtant, rien de choquant dans les paroles du titre. « Youssoupha est un rappeur qui est populaire, qui est engagé contre le racisme, qui a des convictions. La Fédération de football est aussi engagée contre le racisme, le sport en général l’est aussi », avait résumé la ministre.

Mais le patron de la FFF, Noël Le Graët, a finalement pris la parole. Et à la surprise générale, il a décidé de lâcher l’artiste. Certes, il commence en affirmant que « ce morceau ne méritait pas autant de commentaires, c’est de la politique ». Mais très vite, le président de la FFF a affirmé queque cette chanson « n’est pas l’hymne des Bleus » et qu’elle « ne figure pas sur le site de la Fédération et on n’a pas l’intention de demander aux gens de reprendre ces paroles ».

Une façon de se désolidariser de Youssoupha ? Pour ceux qui n’auraient pas compris, Le Graët met la faute sur ses jeunes salariés. « Ce sont nos jeunes salariés du service commercial qui ont eu cette idée pour accompagner le dévoilement de la liste des 26 Bleus. Personnellement, je l’ai découvert. Certains aiment le rap, d’autres moins. Youssoupha est un bon rappeur qui, comme d’autres, a pu avoir des paroles déplacées. Je crois que nous n’aurions pas dû le faire et laisser la liste être divulguée comme d’habitude, sans communication », a osé le président de la fédération.

Noël Le Graët cède ainsi à la polémique avec une facilité déconcertante. Mais il n’en est pas à sa première sortie de route : le patron de la FFF avait, lors d’un rendez-vous avec l’agent de Benzema qui voulait évoquer l’avenir du joueur du Real, répondu qu’il ne souhaitait pas discuter. « Je ne suis pas un Arabe comme vous », avait-il alors dit lors de cette rencontre.