Le Pape François a reçu au Vatican les familles des victimes de l'attentat de Nice et a saisi l'occasion pour appeler les religions monothéistes au dialogue.

Le Pape François a enjoint les leaders des religions monothéistes à dialoguer de manière « sincère ». Un appel lancé alors qu’il accueillait au Vatican des familles de victimes, y compris musulmanes, de l’attentat de Nice du 14 juillet dernier.

« Etablir un dialogue sincère et des relations fraternelles entre tous, et particulièrement entre ceux qui croient en un Dieu unique et miséricordieux, est une priorité urgente ». Tel est l’appel qu’a lancé le Pape François ce samedi depuis le Vatican, où il a accordé une audience privée aux membres des familles de victimes de la tragédie de Nice, qui a fait 86 morts et 434 blessés. Il a ainsi prié les leaders mondiaux – qu’il a qualifiés de « responsables, qu’ils soient politiques ou religieux » – à se rendre disponibles pour un dialogue qu’il estime indispensable pour contrecarrer le terrorisme.

« Ne pas répondre à la haine par la haine »

Au cours de ses entretiens avec les familles de victimes, dont plusieurs de religion musulmane, le Souverain pontife a réitéré son credo selon lequel la « haine » n’est pas la solution. « Quand la tentation de se replier sur soi-même, ou de répondre à la haine par la haine et à la violence par la violence, est grande, c’est le coeur qui doit se convertir », a-t-il souligné. C’est avec « une vive émotion » qu’il a dit rencontrer ces personnes, que « la violence a frappé aveuglément ainsi que leurs êtres chers (…), indépendamment de l’origine ou de la religion », a-t-il précisé. « A chacun de vous, j’assure de ma compassion, de ma proximité et de mes prières. (…) Que la certitude de la vie éternelle, que partagent les croyants des religions [monothéistes], soit votre consolation et un motif de persévérance pour continuer avec courage votre chemin sur Terre », a-t-il conclu à l’adresse des familles.

Le Pape a également tenu à inclure dans sa compassion et son soutien les centaines de blessés de l’attentat, « atrocement mutilées, dans leur chair et dans leur âme ». Il a enfin rendu hommage et exprimé sa reconnaissance à l’égard de « toutes les personnes qui ont secouru immédiatement les victimes, et celles qui se dévouent encore dans l’aide et l’accompagnement des familles ». Il est à noter que la rencontre et le déplacement des familles au Vatican ont été organisés et pris en charge par la mairie de Nice, avec le soutien d’Air France, qui a affrété spécialement deux appareils.

Yassine Bannani

Laisser un commentaire