A la Biennale de Venise, Christoph Büchel a installé une mosquée dans l'église de Santa-Maria della Misericordia, créant ainsi la polémique.

Une église transformée en mosquée, c’est l’idée du pavillon islandais qui a fait beaucoup de bruit à la Biennale d’art contemporain de Venise. A cette occasion, les musulmans de la Cité des Doges ont eu droit à une mosquée « temporaire » installée dans une église désaffectée. Cette installation artistique n’a pas été au goût des politiciens et des autorités de la ville. 

Une mosquée à la Biennale de Venise

« La Moschea » est la thématique de l’installation choisie par l’artiste suisse Christoph Büchel pour animer le pavillon islandais. L’idée était d’installer une mosquée dans l’ancienne église de Santa-Maria della Misericordia. Pour plus de réalisme, l’artiste a tout préparé : un tapis vert pour la prière, des lavoirs pour les ablutions, des lampes de mosquées… Christoph Büchel a également permis aux musulmans de la ville de faire la prière dans cette mosquée. A travers son installation temporaire, l’artiste voulait signaler l’absence de mosquées dans le centre de la Cité des Doges. Les musulmans ont salué cette initiative qui permet de promouvoir la tolérance et le dialogue interculturel et inter-religieux tout en manifestant le souhait que la reconversion de l’église soit « permanente ». Mais l’oeuvre a suscité de nombreuses inquiétudes à la Préfecture et auprès de certaines personnalités politiques régionales et nationales.

Une affaire récupérée par les politiques

L’affaire a été très vite récupérée par l’extrême droite en Italie. Dans son communiqué publié, le 11 mai 2015, le parti Força Nuova a exprimé son indignation et sa colère : « Nous nous demandons si la Biennale n’est pas juste un prétexte, un raccourci pour exiger une mosquée dans ce centre historique de Venise« . Le comité pour l’ordre et la sécurité publique de la Préfecture s’est réuni et a exprimé son inquiétude par rapport à cette installation qui pourrait être cible d’attaques extrémistes ou islamophobes. Le commissaire Vittorio Zappalorto a expliqué « Nous avons demandé que le pavillon soit seulement une exposition, un lieu d’art et rien d’autre « . En constatant le grand nombre de musulmans qui sont venus prier dans cette mosquée, les officiels de Venise ont imposé la fermeture du pavillon islandais à 18h chaque jour. Les musulmans de la Cité des Doges ne pourront donc pas faire les deux dernières prières de la journée. Art et religion ne semblent pas faire bon ménage non plus en Italie de nos jours !

Source (ici)

Laisser un commentaire