Dans un article sur Mohammed VI, Le Monde écrit que le souverain du Maroc a pris un virage anti-occidental. Notre chroniqueur explique pourquoi c'est une erreur...

Suite au discours de Mohammed VI du 20 avril à Ryad, le quotidien français du soir titrait : « Le virage anti-occidental de Mohammed VI. » Les Occidentaux, en général, dès que l’on parle d’eux autrement que ce qu’ils veulent entendre sortent cet argument éculé d’« anti-occidentalisme. »

Mohammed VI, lors du sommet de l’Organisation de la Conférence islamique, constate « une islamophobie grandissante et inquiétante » en Occident. Dans une Europe qui bascule sous nos yeux vers l’extrême droite et alors que les discours de Trump trouvent de plus en plus d’écho, M6 parle d’une recrudescence de l’islamophobie. Personne de sérieux ne peut réfuter un tel constat, même si en France certains « intellectuels » — islamophobes au demeurant — jouent avec les mots en faisant de la « sémantique de comptoir » sur le mot « islamophobie. »

Est-ce anti-occidental ?

Dans ce même discours, Mohammed VI déclare : « Le Maroc est libre dans ses décisions et ses choix et n’est la chasse gardée d’aucun pays. » Quoi de plus normal pour le Commandeur des croyants que de clamer haut et fort la souveraineté de son pays dans un monde en pleine ébullition et où l’Occident a mis l’islam au centre de ses préoccupations — et de ses fantasmes — ?

Est-ce anti-occidental ?

Après sa visite à Moscou et avant son prochain déplacement à Pékin, M6 va chercher de nouvelles alliances stratégiques pour s’appuyer sur un Poutine dont la popularité dans les populations du monde arabe est à son sommet.

Est-ce anti-occidental ?

Mohammed VI s’en prend aussi au secrétaire général des Nations unis suite à ses déclarations concernant l’épineux dossier du Sahara occidental entre le Maroc et l’Algérie : « Le secrétaire général des Nations unies est instrumentalisé pour essayer de porter atteinte aux droits historiques et légitimes du Maroc concernant son Sahara. »

Est-ce anti-occidental ?

Les Occidentaux, et plus particulièrement les Français, aiment à donner des leçons et à vouloir interpréter les mots à leur convenance. Ils confondent néanmoins « anti-occidentalisme » et « anti-impérialisme occidental », peut-être reste-t-il des résidus de cette pensée colonialiste qui a longtemps occupé l’esprit de ces Français dont certains, il n’y a pas si longtemps, voulaient faire passer un texte sur… les bienfaits de la colonisation.

Karim Idrissy

Laisser un commentaire