Contactez-nous

Culture

Misogynes, arriérés ou islamistes : les musulmans victimes des clichés hollywoodiens

Un nouveau test, le test de Riz, permet de mesurer la représentation des musulmans dans les films et séries. Peu de fictions passent aujourd’hui ce test avec succès.

Publié

le

On connaissait le test de Bechdel, qui mesure la sous-représentation de personnages féminins dans les fictions. Désormais, les musulmans ont leur test de Riz qui, selon leurs initiateurs, doit permettre de « mesurer la représentation des musulmans au cinéma et à la télévision. » Sadia Habib, Shaf Choudry et Isobel Ingham-Barrow en avaient un peu marre que les musulmans dans les fictions soient représentés comme des terroristes, notamment après le 11 septembre 2001. Ils ont donc créé ce test assez simple. Le concept : regarder si un personnage « identifiable comme musulman » est « victime ou auteur du terrorisme islamiste », « présenté comme irrationnellement en colère », « comme superstitieux, culturellement arriéré ou anti-moderne », « comme une menace pour un mode de vie occidental » ou « comme misogyne. »

Les musulmans déshumanisés et binaires

Un test qui, selon Sadia Habib, permet de s’apercevoir que les musulmans dans les fictions sont des personnages binaires : « Regardez comment la blancheur est présentée dans les films, décrit-elle à Vice. Les Blancs ne sont pas que des bons ou des méchants, ils sont complexes, alors que nous constatons que les musulmans sont déshumanisés et qu’ils ne sont pas présentés comme des personnages complexes, ils sont principalement des méchants ou des victimes. » La cofondatrice du test de Riz veut mettre fin à cette représentation des musulmans qui ne seraient, selon les réalisateurs de films, qu’« arriéré et barbares. » Et le résultat est consternant : « Très peu de films passent le test », assure Shaf Choudry au site américain. Notamment les films post-11-Septembre. Et les séries ne sont pas épargnées : « Homeland » avait dû revoir sa copie après cinq saisons à véhiculer des clichés sur les musulmans. « Iron Man » ou encore « Sex and The City 2 » ont également fait des scores lamentables au test de Riz.

De « Aladdin » à « Retour vers le futur »

Des clichés présents dans les fictions bien avant le 11 septembre 2001, rappelle Vice : dans « Retour vers le futur », Marty McFly avait dû affronter des terroristes libyens. Sans oublier les clichés véhiculés dans « Aladdin », mais également « Indiana Jones ». Des conclusions qui peuvent paraître très subjectives. « Le test de Riz n’est pas une mesure scientifique de l’islamophobie », nuancent ses créateurs qui veulent simplement « engager le débat » sur ce sujet. Si bien que certains professionnels du cinéma ont approché les jeunes créateurs pour les consulter avant de sortir un film. Comme les studios Pinewood, qui veulent collaborer avec les trois initiateurs du projet, qui espèrent fait du test de Riz une référence qui influencerait l’industrie cinématographique. Riz Ahmed, le comédien britannique qui a inspiré le test, a apporté son soutien à l’initiative. En septembre dernier, il avait dénoncé le racisme dans l’industrie du cinéma en pleins Emmys Awards.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope