Les identités, activités passées et commentaires sur les réseaux sociaux des quelque 850 militaires saoudiens actuellement formés sur des bases américaines ont été passés au crible, a indiqué à la presse Garry Reid, responsable du renseignement et de la sécurité au sein du Pentagone.

« Nous pouvons annoncer qu’aucune information indiquant un scenario de menace immédiate n’a été découverte », a ajouté M. Reid.

L’enquête du FBI se poursuit néanmoins sur la fusillade de Pensacola, en Floride, lors de laquelle un membre de l’armée de l’air saoudienne a ouvert le feu avec une arme de poing dans une salle de cours d’une base aéronavale de l’US Navy, faisant trois morts et huit blessés avant d’être abattu par la police.

Avant son attaque, il avait publié sur Twitter des messages hostiles envers les Etats-Unis, selon le groupe de surveillance des mouvements jihadistes SITE. Les enquêteurs américains cherchent à savoir si le tireur saoudien a agi seul.

L’entraînement opérationnel des militaires saoudiens, qui avait été suspendu deux jours plus tard, pourra théoriquement reprendre, mais les opérations devraient être fortement allégées pendant la période des fêtes, a précisé un haut responsable du Pentagone ayant requis l’anonymat.

Quelque 5.000 militaires étrangers sont actuellement formés aux Etats-Unis, dont 850 Saoudiens de toutes les branches militaires. L’US Navy en forme 300 à elle seule.