« Vous soutenez l’extrême droite israélienne ! C’est insupportable ! » Alors que Meyer Habib accusait « une certaine gauche d’indignation sélective » et « de marcher dans des manifestations où l’on crie ‘mort aux Juifs’, où l’on compare Gaza à Auschwitz, où l’on accroche des étoiles jaunes à des enfants musulmans », le député de la France insoumise Eric Coquerel s’est emporté contre celui qui est l’un des principaux soutiens à Netanyahu et à la colonisation israélienne. Si, à l’Assemblée nationale, il était question de « lutte contre l’antisémitisme », les députés n’ont pas hésité à mélanger antisionisme et antisémitisme. A l’image de Meyer Habib.

Le député franco-israélien a tenu également à accusé le ministre de l’Intérieur « de tenir un double langage en inscrivant un champion de la campagne BDS – boycott, désinvestissement et sanctions –, pourtant illégale, sur sa liste aux élections européennes ». L’occasion pour Meyer Habib d’en rajouter une couche sur le mouvement BDS. « Vous voulez boycotter ? Allez jusqu’au bout : boycottez la clé USB, l’application Waze, la caméra endoscopique, les tomates cerises, les médicaments génériques, les exosquelettes ou les panneaux solaires ! Boycottez Israël ! », a-t-il lancé.

Avant de dépasser, une fois n’est pas coutume, les limites en comparant le keffieh à la croix gammée. « Pour citer Roger-Pol Droit, ‘on ne naît pas antisémite. Mais, à force d’être antisioniste, on le devient.’ Les nouveaux antisémites ne lisent pas Céline ou Maurras. Ils préfèrent la quenelle au salut hitlérien et le keffieh à la croix gammée. Ils disent ‘sale sioniste’ au lieu de dire ‘sale juif’, et, par ce tour de passe-passe sémantique, ils échappent à la loi, a expliqué Habib. L’antisionisme, c’est la nouvelle bannière de la gauche. C’est aussi la bannière de l’Iran, qui déclare ouvertement vouloir rayer Israël de la carte dans l’indifférence totale de la France ».


Pour Meyer Habib, qui veut « inscrire l’antisionisme dans le Code pénal », la colonisation israélienne « vire à l’obsession » car Israël est « l’unique démocratie d’une région livrée à la barbarie et au fanatisme, l’ultime rempart de nos valeurs face à l’islam politique qui a tué 263 Français ».