Après le retrait des menus de substitution dans les cuisines de Chalon-sur-Saône, la justice prévoit une audience à la rentrée.

L’audience pour savoir si le maire de Chalon-sur-Saône avait le droit ou non de retirer les menus de substitution des cantines de sa ville aura lieu à la rentrée. La Ligue de défense judiciaire des musulmans espère une issue favorable…

Le 29 septembre, le conseil municipal de Chalon-sur-Saône décide de mettre fin aux menus de substitution, notamment les menus sans porc, dans les cantines scolaires de la ville. Le maire Les Républicains de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, invoque alors le principe de laïcité pour justifier sa décision. La Ligue de défense judiciaire des musulmans, présidée par l’avocat Karim Achoui, décide alors de se saisir de l’affaire, invoquant « le droit au respect de la liberté de culte et de conscience » des enfants. Me Achoui parle d’« instrumentalisation de la laïcité » de la part de Gilles Platret. Il y a un an, l’avocat assurait que la question du menu de substitution serait « débattue au cours de l’année 2016, jusqu’à ce que le Conseil d’Etat se prononce dessus », et évoquait la possibilité de saisir la Cour européenne des droits de l’Homme.

« Se battre pour une école de la République égalitaire et laïque »

Ce mardi 2 août, Karim Achoui a indiqué que « le Tribunal administratif de Dijon a fixé la clôture de l’Instruction concernant les menus sans porc dans les cantines scolaires de Chalon-sur-Saône, au 16 août 2016. » Selon lui, « l’audience sera très vraisemblablement fixée à la rentrée scolaire. » On devrait donc très rapidement savoir si les menus de substitution seront à nouveau proposés aux élèves ou non. Une décision qui devrait être scrutée par plusieurs autres maires. Car, en attendant la décision de la justice, d’autres municipalités avaient décidé de retirer le repas de substitution de leurs menus. C’est le cas d’Arveyres en Gironde, de Toulouse, de Perpignan ou encore de Chilly-Mazarin, dans l’Essonne, où l’un des habitants déplore que « le maire a décidé en septembre dernier de ne plus proposer les menus de substitution sans en avertir les parents. » De son côté, Karim Achoui espère que la justice imposera le retour des menus sans porc dans les cantines de Chalon-sur-Saône. « Nous nous battrons pour une école de la République égalitaire et laïque, en ce qu’elle abrite des citoyens de toutes cultures et de toutes religions, sans distinction et donc sans stigmatisation laïcarde, paranoïaque et discriminante », indique l’avocat.

Mehdi Chaouali

Laisser un commentaire